Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 12:32

Sillans la Cascade

Aujourd’hui, c’est jour de resto.

Au programme : terrine de sanglier et chiffonnade de jambon cru, suivi d’un gigot d’agneau.

Les amateurs se sont bousculés. Nous serons 35 à table.  

Pour ceux qui le souhaitent, Jean nous propose de randonner avant le repas.

Trente randonneurs sont présents sur le parking de Sillans la Cascade.

Ce matin le ciel est couvert. Tant pis pour les photos, elles manqueront de lumière.

Jean nous présente la randonnée : c’est un parcours de 14 km au dénivelé modeste : 311 m. Juste de quoi nous mettre en appétit.

C’est parti ! Nous attaquons la marche, bien emmitouflés car il fait frais ce matin.

Nous avançons dans la grisaille. Mais heureusement, les sourires éclairent les visages.

Bientôt nous apercevons la cascade de Sillans.

On peut l’approcher par un petit sentier. Mais Jean nous prévient : l’accès au pied de la cascade est interdit pour cause de chute de rochers.

Seuls quelques-uns iront voir la rivière d’un peu plus près.

A présent nous remontons à travers bois.

La pente est assez raide, mais le photographe a droit quand même à quelques sourires.

Nous poursuivons notre grimpette sur une large piste.

Nous passons près d’un arbre magnifique. Serait-ce un figuier ?

La grimpette est terminée, nous avançons sur terrain plat.

Nous avançons, mais pour prendre la pose, Michèle et Monique préfèrent marquer une pause.

Voici ensuite les hommes qui avancent d’un pas martial.

Et à l’arrière, nos valeureux serre-files en compagnie de Jacqueline.

 

Quelques instants plus tard nous marquons une pause.

Gérard, fort bien entouré, est aux anges….

« Il nous reste à parcourir cinq ou six kilomètres avant d’atteindre notre restaurant ».

Jean, pour nous faire patienter, nous lit le menu :

« Terrine de sanglier et chiffonnade de jambon cru.

Gigot d’agneau cuit à la cheminée

Sélection du Maître fromager

Assiette gourmande avec 4 desserts ».

Nous en salivons d’avance. Puis nous posons pour la photo de groupe.

 

Nous reprenons notre route.

La piste est agréable et nous marchons à bonne allure.

Un peu plus loin, Jean nous arrête. « On arrive à un carrefour. Est-ce que ça vous rappelle quelque chose ? ».

Bien sûr nous l’avons tous reconnu : nous sommes passés là, lors de la rando de Cotignac en février.

A présent nous attaquons une descente.

Descente un peu caillouteuse qui oblige à regarder ses pieds.
Aussi le photographe n’obtient-il que de pâles sourires.

Nous atteignons le bas de la descente.

Les serre-files ont bien travaillé, Jacqueline est bien là.

« En dessous c’est la Bresque » nous dit Jean. « Elle se jette dans l’Argens ».

De la Bresque au parking il n’y a qu’un pas. Que nous franchissons allègrement.

Nous voici au parking. La boucle est bouclée.

 

Mais ce n’est pas fini. « Il nous reste encore 2 km sur l’ancienne voie ferrée » nous dit Jean.

Il nous paraissent un peu long ces deux kilomètres. Nous commençons à avoir faim.

A l’auberge du Grand Chêne nous retrouvons nos cinq collègues randonneurs, dispensés de marche.

Nous nous installons et découvrons le magnifique menu dont Jean nous avait causé.

 

Et sans tarder nous attaquons l’apéritif : vin d’oranges, kir, kir au safran.

Qu’est-ce que ça fait du bien de mettre les pieds sous la table et de boire entre amis.

Puis nous passons aux hors d’œuvre : salade, jambon cru, terrine de sanglier.

Arrosés de vin rosé ou rouge selon les goûts. Aussitôt le niveau sonore monte d’un cran.

Nous enchaînons avec le gigot d’agneau cuit au feu de bois, accompagné d’un délicieux gratin de pommes de terre et de ratatouille. La viande est tendre, c’est un régal !

Les rires, les conversations s’entremêlent. On ne s’entend plus … mais ce n’est pas grave.

Aujourd’hui nous avons droit à « fromage et dessert ». C’est magnifique !

On nous apporte un plateau d’excellents fromages. Nous n’en laisserons pas une miette.
Et pour couronner le tout, une assiette
gourmande. Composée d’un sorbet à la mangue, d’une île flottante, d’une glace à la pêche, sans oublier un financier aux framboises tièdes. Hum ! Je ne vous dis que ça.

Et pour terminer, un petit café.

Pour une fois nous sommes tous d’accord : ce repas était excellent. Sûr, nous reviendrons. Avec ou sans rando !

Seule ombre au tableau : Tout à l’heure, nous sommes passés au parking. Et qu’avons-nous oublié : nos voitures !

Il nous reste donc à marcher encore deux kilomètres.

Avant d’entamer cette dernière étape, nous prenons une photo de groupe de 35.

Ils ont l’air bien joyeux, ces randonneurs. Est-ce le photographe qui les fait rire ou l’effet de l’alcool ??

Nous entamons ces deux derniers kilomètres le long de l’ancienne voie ferrée.

Deux kilomètres qui seront pour nous une agréable promenade digestive.

Et nous paraîtront beaucoup plus courts qu’à l’aller.

Merci Jean pour cette belle randonnée, accompagnée d’un excellent repas.  

 

Merci aux photographes : Gérard, Jean.

 

Et voici quelques photos du repas :

 

 

Sillans la Cascade : 3 Avril 2014
Sillans la Cascade : 3 Avril 2014
Sillans la Cascade : 3 Avril 2014
Sillans la Cascade : 3 Avril 2014
Sillans la Cascade : 3 Avril 2014
Sillans la Cascade : 3 Avril 2014
Repost 0
Published by Gérard
commenter cet article
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 09:51

 :

SAINT CEZAIRE sur Siagne (06) – Le Vallon des Gourgs

 

Pour la dernière randonnée du mois de mars 2014, 35  fidèles randonneurs du Cercle de Boulouris se sont retrouvés ce jeudi matin sur le parking du magnifique village – belvédère  de Saint Cézaire.

Aujourd’hui, c’est Jean Ma qui sera notre conducteur de rando. Dans un bref  topo, il nous indique les caractéristiques de celle-ci : environ 12,500  km de distance avec un dénivelé de 520  mètres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous un ciel plutôt gris, nous démarrons cette randonnée par la traversée du village de Saint Cézaire où les yeux avertis de nos photographes du jour capteront des clichés quelquefois insolites.

 

La poussette est immatriculée pair ou impair?

Nous quittons la civilisation, pour entreprendre une longue descente où par endroit il vaut mieux poser les pieds au bon endroit.

Bientôt, nous apercevons ce vieux lavoir abandonné depuis longtemps.

Un peu plus loin, nous découvrons le fameux canal de la Siagne (46 km de long) qui amène l’eau de la Siagne aux villes de Cannes et de Grasse.

Et toujours ces deux mêmes personnages à la traine …Cela devient une habitude.

 

Il est près de 11heures et il est grand temps de faire la pause banane qui se déroulera aux abords de la chapelle Saint Saturnin.

Nous profitons de ce site pour réaliser la photo de groupe.

 

Voilà de l’eau certainement bien fraîche,  mais ce n’est pas l’heure du pastis et la route est encore bien longue !

 

Après la descente, c’est bien connu, c’est maintenant l’heure de la remontée vers le plateau de Saint Cézaire.

 

Le chef conduit sa troupe d’un pas alerte.

 

Dans le final de cette montée nous traversons le petit hameau de la Valmoura où quelques maisons profitent d’un calme propice au repos.

 

A cet instant, Jean Ma nous propose un petit détour pour admirer un beau point de vue sur le vallon des Gourgs, thème de notre randonnée du jour.

 

L’heure du déjeuner approchant, les randonneurs affamés et assoiffés s’installent pour un pique-nique bien mérité.

Après un tonitruant « départ dans 5 minutes », nous continuons notre ballade sur des sentiers presque plats, où nous pouvons admirer de belles restanques.

C’est sûr ! Le printemps est bien là.

 

"Ecartez-vous !!! C'est nous les pros de la rando."

 

 

Nous terminons cette randonnée, par la visite de la chapelle (édifice roman datant du 12° sciècle) du cimetière de Saint Cézaire qui abrite un sarcophage ouvert, trouvé dans un vallon et ayant jadis servi d’abreuvoir.

 

Et une fois n’est pas coutume, nous nous retrouvons autour d’un pot avant de reprendre la route.

 

Merci  à Jean Ma pour nous avoir guidé tout au long de cette superbe journée.

 

Merci aux photographes présents : Gérard, Gilbert, Jean-Marie et Jean Bo.

 

Et toujours quelques photos supplémentaires.

 

 

Prochaine randonnée:

Jeudi 03 Avril à 7 H00 : RANDO-RESTAURANT . SILLANS  LA  CASCADE ( 83 )

 

Randonnée en boucle, au départ de Sillans la Cascade, sur bons chemins .

L : 14 Kms 065 . Dh : 311 m . D : 4 H 30 . Niveau : Moyen médio . Animateur : Jean Borel : 04.94.95.87.73

 

RESTAURANT : Le Grand Chêne : 25 Euros, apéritif, vin et café compris .

 

En cas de mauvais temps, le repas sera maintenu. Aucun désistement ne sera accepté.

 

Au menu : Apéritif (vin d’orange ou Pastis ou Kir garni de ses amuse-bouches)

                   Terrine de sanglier et chiffonnade de jambon cru – crudités du producteur en BIO

                    Gigot d’agneau cuit à la cheminée – gratin et ratatouille

                    Sélection du Maître fromager

                    Assiette gourmande avec 4 desserts

                    Vin rouge, rosé ou blanc

                    Café ou Infusion

 

Itinéraire d’accès : Emprunter l’autoroute A 8 direction AIX . Sortir Au Muy ( sortie N°36 ) et suivre Draguignan D 555 . Après le garage Renault ( au rond-point des Danseurs ) suivre la direction SALERNES par  D 557 et D 560 puis, SILLANS la CASCADE.

Stationner à la sortie du village sur le PARKING, au carrefour D 560 – D 22 .

Coût du trajet A R : 132 Kms x 0 € 25 = 33 € 00 + 5 € 00 = 38 Euros                              Jean Borel : 06.68.98.13.62

 

Repost 0
Published by Gilbert
commenter cet article
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 15:15

Eze : La Revère, le mont Bastide

Aujourd’hui, pour cette première randonnée du printemps, nous prenons le train de 7h24 à Boulouris-sur-Mer.

Jean nous propose en effet une randonnée depuis Eze-sur-Mer jusqu’au Fort de La Revère (696 m) en passant par Eze-village (430 m) et le Mont Bastide (570 m).

Après un voyage sans histoire, nous voici 26 randonneurs devant la gare d’Eze. Deux nouveaux venus nous ont rejoint : Andrée et  Jacques. Bienvenue !

Jean nous présente les parcours. « Aujourd’hui nous partons à l’assaut du mont Revère. Puis nous redescendrons à Eze-village, avant d’escalader le Mont Bastide ».

Soit 975 m de dénivelé sur 11 km.                                                                                                     

Le deuxième groupe se contentera d’un aller-retour Eze-sur-Mer - Eze-village, en empruntant le sentier Nietzsche.

Soit un dénivelé de 396 m sur un peu plus de 6 km.

Puis Jean nous parle du retour : Il y a deux trains, celui de 16h24 et celui de 17h24.

En principe le deuxième groupe devrait prendre le premier et le premier, le deuxième. Est-ce clair ??

Nous formons les deux  groupes : 12 randonneurs avec Jean et 14 avec Daniel et Jacky.

Et c’est parti !

 

Nous attaquons les premières marches avant d’emprunter un sentier qui s’élève rapidement au-dessus de la mer.

La vue est magnifique et le soleil est avec nous.

Jean nous indique que cette rando est la première qu’il a conduite, le 18 avril 2004. Dix ans déjà !

« Remarquez comme le sentier est bien dessiné. On monte sans se fatiguer » nous dit-il.

N’est-ce pas Edward ?? Qu’en dis-tu ?

Aujourd’hui, il n’y a pas de serre-file officiel. Mais Edward ferme la marche.

Jean insiste : « On pourrait monter pendant des heures ». De fait, c’est ce que l’on va faire !

Nous grimpons ici le sentier de Nietzsche.

« Imaginez Nietzsche avec son sac à dos et ses bâtons » dit Gérard.

Jean-Marie répond par une citation du philosophe : « Celui qui connaît tous les pourquoi peut vivre tous les comment ».

A méditer, tout en grimpant !

Au fait où est Edward ? Il a disparu.

Ce n’est pas grave, il sera repris par le deuxième groupe, à Eze-village que nous apercevons là-haut.

Quelques minutes plus tard, nous atteignons le village.
On voit ici Mikael en extase devant une bien jolie jeune femme.

 

Nous traversons le village puis nous attaquons le sentier qui grimpe au Fort de la Revère.

Nous progressons à bonne allure. N’empêche, Jean-Marie prend le temps de photographier un « Orchis de Robert ».

Le sentier devient raide et caillouteux.
Michèle, qui préfère marcher à son rythme (rapide) prend la tête du groupe.

A présent nous dominons Eze-village.

« On entre dans le Parc Naturel de la Grande Corniche » nous dit Jean.

Peu après nous atteignons le Fort de la Revère.

Nous admirons le paysage, toujours sous un soleil voilé, hélas.

 

Jean nous parle du Fort de la Revère : « Cet important ouvrage a été construit en 1870 pour protéger la ville de Nice. Son esplanade ombragée de platanes offre une vue saisissante sur la commune d’Eze et la mer. Depuis ce bastion calcaire suspendu à quelque 700 m au-dessus du littoral, on toisera la Côte d’Azur en admirant la place-forte naturelle où s’est écrite l’histoire mouvementée du village d’Eze ».

Jean nous conduit ensuite vers l’Observatoire des oiseaux.

« Vous apercevez ici le village de St André de Peille et là-bas, c’est le Mercantour ».

Il est midi, c’est l’heure de déjeuner. Jean nous conduit dans une magnifique doline.

Où nous pique-niquons dans une ambiance fort agréable.

Mais peu à peu le ciel se voile et le temps se rafraîchit.

Après le café accompagné de chocolats, il est temps de repartir.

Car aujourd’hui, c’est vrai, nous avons un train à prendre.

Il est 12h 50, nous entamons la descente.

Descente rapide mais agréable, sur bon terrain.

Puis nous voici à Eze-village. Nous nous groupons aux pieds d’une charmante jeune femme.
Collés serrés, c’est encore mieux.

 

« On arrive à la Grande Corniche » nous dit Jean. Nous longeons la route et passons un grand viaduc.

Avant de trouver le départ du sentier qui mène au mont Bastide.

Nous attaquons la grimpette.

Assez raide, cette grimpette, et il y en a pour une bonne demi-heure.

Nous atteignons enfin le sommet.

Le temps de nous regrouper, nous redescendons aussitôt.

Il est 14h15. C’est sûr, nous pourrons prendre le train de 16h24.

Et nous voici repartis dans la descente.

Sentier caillouteux, descente un peu pénible. En aurions-nous plein les pattes ?

Nous atteignons enfin le bord de mer … puis la gare.

Jean retrouve le deuxième groupe qui s’apprête à monter dans le train de 15h24.

Nous pourrions sauter avec eux dans le train. Mais la majorité (silencieuse) en décide autrement.

Nous préférons prendre un pot bien mérité à Eze-sur-Mer. Il fait beau et nous apprécions ce repos, lui aussi bien mérité.

Mais l’heure tourne et nous nous dirigeons vers la gare pour prendre le train de 16h24. Nous y retrouvons Alain et Colette qui ont choisi de nous attendre.

Le train est bondé. Nous voici plongé dans la vraie vie, celle des travailleurs.

A Cannes, nous changeons de train. Mais là, surprise !! Il n’y a pas de train pour Boulouris !

Après avoir hésité à prendre un bus, nous patientons dans la gare.

Avant de prendre le prochain train qui nous laisse  à Boulouris … deux heures après le deuxième groupe !

Heureux mais un peu fatigués quand même.

 

Merci Jean pour cette très belle randonnée printanière.   

 

Merci aux photographes : Claude, Gérard, Gilbert, Jean, Jean-Marie, Mikael.

 

Et voici quelques photos du deuxième groupe :

 

Eze : La Revère, le Mont Bastide : 20 Mars 2014
Eze : La Revère, le Mont Bastide : 20 Mars 2014
Eze : La Revère, le Mont Bastide : 20 Mars 2014
Eze : La Revère, le Mont Bastide : 20 Mars 2014
Eze : La Revère, le Mont Bastide : 20 Mars 2014
Repost 0
Published by Gérard
commenter cet article