Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 07:25

2018-13-09 – VIA CORDATA DU DRAMONT – G1

 

Nous sommes 12 randonneurs, dont Daniel notre aîné de 80  ans,  pour découvrir (ou redécouvrir pour trois d’entre nous)  cette activité proche de l’escalade.

Nous ferons cette expérience sous la direction d'un moniteur, extérieur au Cercle de Boulouris, Erwan.

Nous avons rendez-vous au petit port du Poussaï où nous attendrons un peu que le rocher sèche, suite aux pluies de la veille au soir et du petit matin. Nous pouvons observer l’Ile d’Or, que nous verrons tout au long de notre matinée.

Après la distribution des équipements nous rejoignons le sentier du Cap du Dramont .


Nous arrivons sur le site du Rocher Cathédrale, notre point de départ. Il s’agit d’un piton de rhyolite qui forme un à pic sur la mer, infranchissable par le sentier littoral qui en contourne la base.

Nous nous équipons et notre moniteur du jour contrôle le bon positionnement des baudriers.

 

Et nous voilà partis : Erwan ouvre la voie en l’équipant d’une corde, « ligne de vie » sur  laquelle  nous accrochons nos deux mousquetons qui assurent notre sécurité.

Nous commençons par un passage quasi horizontal  de contournement : nous sommes face au rocher et nous avons rapidement la mer sous nos pieds.

Mais que la vue est belle !

Puis nous attaquons  la traversée de la paroi qui descend verticalement sur la mer. C’est quand même impressionnant.

Certains secteurs permettent de petites pauses.

Pourquoi jouent-ils à cache-cache?

La fin de l’ascension est plus facile et nous arrivons au sommet pour profiter de la vue.

Une nouvelle expérience nous attend avec  le passage d’un pont de singe pour relier le sommet suivant : deux filins sont tendus ; sur l’un nous posons nos pieds et sur l’autre nous accrochons nos longes et nos mains pour traverser le vide en sécurité.

Grimper c’est bien et nous l’avons fait sans trop de difficultés, les prises étant nombreuses et sûres. Mais, après cette escalade en traversée d’environ 200 mètres, il nous faut maintenant redescendre.  Et ce qui s’offre à nous,  ce sont 35 mètres  à  avaler en rappel. Heureusement Erwan nous assure, pour le cas où nous ne contrôlerions pas notre descente. Il nous aide également à nous positionner dans le vide.

Daniel notre doyen  maîtrise grave ...

Nos techniques de rappel sont vraiment à travailler : Nous avons tous, plus ou moins, dansé  dans le vide lors du passage en creux dont nous ignorions l’existence avant de nous élancer. Deux alpinistes occupant une partie de la falaise, notre point de départ a été un peu déporté vers la mer.

Mais nous sommes fiers d’avoir descendu ainsi ce piton.

Nous retrouvons le sentier littoral qui nous ramène au Poussaï. Une table nous attend au restaurant C le Mieu où nous prendrons le déjeuner de l’amitié.

 

Merci Joël pour avoir organisé cette matinée atypique mais enthousiasmante. Merci aussi aux photographes Alain, Claude C. Joël et Michel, dont la tâche n’était pas aisée ce jour.

 

La semaine prochaine, jeudi 20 septembre :

G1 : Départ: 6h30 – Alain -  Lac Nègre   Pas du Préfouns -         Sportif **       19 kms  Dh : 1000 m

Parking : Parking de Salèse altitude 1670m, route du Col de Salèse.       Coût du trajet A/R : 78 €

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2018 5 07 /09 /septembre /2018 18:45

2018-09-06 - N°889 - LE GARLABAN ET LE TAOUME 

 

 

Pour commencer la nouvelle saison 2018-2019 Joël avait choisi, pour la première randonnée G1, de continuer la découverte du Massif du Garlaban, commencée l’an dernier.

 

Nous serons 10 courageux pour cette reprise sur une randonnée classée moyen***, mais qui s’avérera, selon les propos d’Alain, une « petite sportive ». Nous aurions dû être 11 si la malheureuse blogueuse du jour, notre amie Dominique, n’avait eu un petit problème de santé de dernière minute. Notons aussi la présence de deux nouveaux, Roseline et Pierre, qui avaient téléphoné la veille à Joël pour demander à participer à cette sortie.

Ce sont donc 3 voitures qui se retrouvent au Parking des Pins d’Aubagne par un temps un peu maussade. Joël présente brièvement la randonnée et promet un rythme raisonnable pour la reprise. Petite  visite au « Puits de Raimu » très proche, en fait un puits factice uniquement construit pour le tournage de quelques scènes du film « la fille du puisatier », et la randonnée commence par une montée facile jusqu’au Col d’Aubignane.

Là, première découverte du magnifique massif minéral du Garlaban,

avec le Pic du Garlaban - 714m - en ligne de mire.

 

La marche se poursuit par de larges pistes bordées de petits bouquets de chênes verts nains, et de romarins en fleur.

 

La chaleur étant humide, l’animateur marque plusieurs arrêts boissons, ce qui permet aux randonneurs de se désaltérer régulièrement et suffisamment, y compris Alain... Emportés  par notre élan, nous dépassons de quelques mètres la descente vers la grotte de Manon ; cette dernière étant accessible par une descente très escarpée, et la probabilité d’y rencontrer Manon étant faible, la majorité décide de s’éviter cet aller-retour! 

Nous arrivons alors au site des « Pierres gravées de Louis Douard », une véritable curiosité que ces pierres plates gravées de textes extraits de l’œuvre de Marcel Pagnol, ou de dessins représentant  les thèmes traditionnels de la vie provençale.

C’est là que se fait la pause-banane bien méritée.

 

Nous attaquons ensuite la montée raide et courte au somment du Pic du Garlaban.

 

Nos efforts sont récompensés par l’extraordinaire vue à 360° que nous découvrons au sommet : la ville de Marseille,

les Iles du Frioul,

l’Estaque et même le Dôme du Stade Vélodrome (c’est peu de dire l’émotion qui étreint à ce moment là les fans de football), puis les villes d’Aubagne,

d’Allauch, les hameaux de la Treille et des Camoins, et même, émergeant des nuages, le sommet du  Pic de Bertagne 

où Alain nous emmena randonner récemment.  Après cette petite ascension nous quittons les belles pistes de ce paysage de roches pour nous enfoncer dans un petit vallon secret et très vert,

fleuri de « buplèvre arbusif » d’ « euphraise jaune », de cistes et de romarins en fleur.

 

Cette descente nous conduit au coin choisi par Joël pour le pique-nique avec un pin pour l’ombre, et des pierres pour s’asseoir. Cette pause sera malheureusement écourtée par l’arrivée d’une pluie assez soutenue. Enfilage collectif de capes,

et hop ! nous voilà repartis ! 

Après être passés devant le Puits du Murier (une des rares sources du Garlaban), nous attaquons la montée au Pic du Taoumé - 667m -

deuxième petite difficulté de la journée, mais une nouvelle  vue sur le Garlaban que nous venons de gravir récompense nos efforts.

Parvenus au sommet nous pouvons encore admirer un paysage magnifique d’autant que la pluie a cessé.

 

 

 

La première partie de la redescente un peu raide

 

 

 

 

et qui mettra à rude épreuve les genoux d’une randonneuse, nous permet de découvrir la « grotte du grosibou » - encore une allusion au roman de Pagnol.

 

 

La descente se poursuit vers le hameau de la Treille 

 

où nous passons devant la maison dans laquelle le petit Marcel passait ses vacances.

Il ne reste plus qu’un coup de collier à donner par un petit sentier en sous-bois pour remonter au col d’Aubignane et rejoindre nos véhicules. Le pot récupérateur sera pris au centre d’Aubagne.

Belle randonnée de remise en jambes appréciée par l’ensemble des participants.

Un immense merci à Joël pour avoir non seulement mené la randonnée mais aussi rédigé le texte du blog.  Merci beaucoup également à Alain pour les photos.  

La semaine prochaine, jeudi 13 septembre - G1:

Départ:  0830h - Joël - Via Cordata du Dramont

Inscription préalable obligatoire auprès de Joël le plus vite possible.

Nouvelle expérience! Matériel fourni.

Venez évoluer entre ciel et mer dans le cadre magnifique de la Via Cordata du Dramont, accompagnés d'un guide professionnel.  Accessible à beaucoup - voir les participants de l'an dernier et lire le blog du samedi 21 avril 2018. 

Possibilité de terminer le parcours (environ 3 heures) au charmant petit restaurant du Poussaï. 

Parking: Port du Poussaï, coût de la prestation: 35 Euros

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2018 5 07 /09 /septembre /2018 12:29

2018-09-06 - N° 887 -TOURVES-GORGES DU CARAMY - G2

 

 

Coucou les vacanciers, nous revoilà pour vous conter notre première randonnée de cette nouvelle saison. Et tout d'abord il faut vous dire une belle nouveauté puisque Anne-Marie, qui anime des randonnées du lundi et du G1, est pour la première fois notre guide.

Au parking du stade à Tourves, nous sommes 13 autour de notre animatrice, qui a créé et reconnu ce nouveau parcours dans les Gorges du Caramy, de 13km et 400m de dénivelée.

 

Pas de blogueur au départ mais Xavier,  pour les photos et Jack, pour le texte, ont permis le montage de ce blog. Merci à eux.

Le Caramy sera notre guide toute la matinée.

Dans le sens amont vers aval, le Caramy visite les communes de  Mazaugues (source), Tourves, La Celle, Brignoles, Vins-sur-Caramy, Cabasse, Carcès (confluence avec l’Argens). L’Issole est un affluent du Caramy.

Le 06 novembre 2015 à Brignolles a eu lieu la signature du Contrat de Rivière Caramy-Issole( 21M€ sur 5ans) « Afin que l’eau devienne support du projet de territoire » :

 

- Améliorer la qualité de l’eau

- Restaurer et gérer les milieux aquatiques

- Gérer le risque inondation

- Gérer quantitativement la ressource en eau et protéger durablement la ressource en eau potable 

- Valoriser les usages récréatifs de la ressource en eau : action de valorisation du patrimoine lié à l’eau (lavoir, fontaine…), mise en valeur des sentiers de promenade existants.

(Source : http://www.gesteau.fr/sites/default/files/signature_du_contrat_riviere-communique_de_presse.pdf)

Environ 80% du budget est consacré à l’aménagement des stations d’épuration et à l’amélioration des performances en assainissement. Nous pouvons en constater les bénéfices sur la belle qualité de l'eau de la rivière.

La sortie de Tourves par le chemin du Moulin nous amène au Pont Romain que nous traversons pour rejoindre  la rive droite. 

Une grimpette et nous voilà à la pause banane, agrémentée de baies de Goji et de dattes.

Avant de repartir la photo du groupe est prise.

 

Nous redescendons maintenant vers les berges du Caramy et suivons un sentier ombragé en bord d’une eau limpide et nous observons régulièrement des truites d’eaux vives.

Arrivés au bout du sentier, au niveau d’une petite cascade, le faible niveau d’eau nous a permis d’effectuer la traversée du Caramy et nous avons pu rejoindre le sentier sur l’autre rive sans avoir à revenir en arrière jusqu’au Pont Romain.

Avant d’amorcer la montée vers Saint Probace, nous avons continué à suivre les rives du Caramy,  jusqu’à ce que le sentier oblique vers l’autre rive de la rivière. Nous avons alors rebroussé chemin jusqu’au panneau de retour vers Tourves. 

Nous avons monté le sentier à forte pente du jour et déjeuné en haut de la côte, dans un endroit dégagé ce qui fut une décision pertinente : à la remise en route, à 13h00, c’est l’arrivée de la pluie orageuse, une pluie de plus en plus forte, avec des bourrasques avant l’arrivée à la chapelle de Saint Probace. Cette pluie  a mouillé les shorts, les maillots, les chaussettes  et les chaussures.

La chapelle est pleine comme un jour de procession, occupée par des randonneurs internationaux qui attendaient un ciel plus clément pour redescendre. Pressés de retrouver les voitures à 2km pour nous sécher, nous repartons les premiers de Saint Probace après la pluie.

Saint Probace avait la réputation de faire tomber la pluie. Lorsque la commune manquait d'eau, les villageois descendaient  sa statue dans l'église paroissiale, et ne la ramenaient dans sa chapelle qu'après l'ondée reçue.
Nous avons vu la pluie mais pas le retour de la statue …

De nombreux ex-votos des XVIII et XIX ème siècle témoignent de l’attachement des Tourvains à leur saint protecteur.

Sur le chemin du pot de l’amitié Xavier, notre photographe attentionné du jour, a été retenu par les fontaines de Tourves. Le village en a compté jusqu'à 17 au siècle dernier.

La fontaine au coin de l’église est une réinstallation en 1792 de l’ancienne fontaine du marché qui « gênait » la circulation des charettes. Saint Joseph veille sur elle dorénavant.

Le portail de l'église
Saint Joseph dans sa niche

 

La fontaine de la place de l'Hotel de Ville est constituée d'une grande urne provenant du parc du château de Valbelle. Erigée en 1799, elle a aussi été déplacée suite au trafic automobile et sa casse par un camion à la libération en août 1944.

 

Les habitudes n'étant pas encore reprises, pas de photos de notre pot au bar de la place de l'hôtel de ville.

Nous remercions Anne-Marie de cette très agréable randonnée, à refaire sans orage... 

La semaine prochaine, jeudi 13 septembre, G2

Départ : 8h00    Jack    553- Fondurane-Le Haut Serminier    Moyen**    14,4km    Dh :450 m

Paysage boisé sur les hauteurs du joyau du canton de Fayence : le Lac de St Cassien.

Parking : Chemin de Fondurane à Montauroux    Coût du trajet A/R : 22€

 

Partager cet article
Repost0