Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2018 5 16 /02 /février /2018 15:35

Lac de Carces- G2-674

Pas de blogueur sur cette rando. Vous devrez vous contenter de photos de Nicole et de Jean Bo.

Carcès, superbe village du Haut -Var. C'est Jean Bo qui anime cette rando. 21 marcheuses et marcheurs pour cette grande classique.

Les ruchers

Lecture de l'ancien blog. Ce jour-là il y avait un blogueur !!!

le Canal est toujours aussi bien entretenu.

La traditionnelle "pause banane" avec un drôle de téléphone.

Gouyette-Les Vieux de la Vieille !

Le Grand Retour !

Merci Jean, tout d'abord pour avoir palier l’absence Jean-Louis et ensuite de nous avoir ramenés sur les bords de ce lac que nous ne cessons d'admirer.

La semaine prochaine- Le 25/01/2018

Départ :9H -Jack- 658-Adrech du Bataillon
moyen* 13,5km Dh:315
Belle ballade en forêt aux sources du Reyran et de ses premiers affluents
Parking : Le Château Grime à St Paul en Forêt Coût du trajet A/R :16 €

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2018 5 16 /02 /février /2018 13:36

2018-02-15 - 548-3 - Marsaou-Suvieres de Pont St Jean - G1

 

Notre serre-file en plein labeur de comptage

 

Nous étions nombreux ce matin sur le parking de Pont Saint Jean (Saint Jean de Cannes), sur la D7, à la limite des départements Var/Alpes Maritimes. Est-ce dû à la popularité de notre animateur, Jean Ma., au départ tardif ou à la beauté des paysages promis?... Seule certitude, ce n’est pas la météo,  puisque le ciel nuageux ne nous quittera pas de la journée et ne nous permettra  ni de voir des panoramas dégagés ni d’obtenir de  jolies couleurs sur nos photos.

Quoi qu’il en soit, notre serre-file Bep’s a compté 29 randonneurs ce jour.

 

 

 

 

Jean Ma. présente le parcours d’environ 14 km et 600 m de dénivelée avec les montées au Marsaou (547m) et aux Suvières (559m) et la découverte du beau site de la Clavette.

Nous commençons la randonnée, en direction de la Baisse du sablier, par une douce montée qui chemine au travers des mimosas bien en fleurs  et de grands eucalyptus. Nos nez sont charmés par leur essence florale.

Après un premier effeuillage nous continuons notre grimpette vers la Baisse du verre. A notre gauche le sommet Pelet  commence à apparaitre entre les branches.

Puis le Marsaou est visible à droite.

Nous contournons une large flaque  et atteignons la Fontaine du Marsaou, qui va désaltérer Frédéric.

Pas trop fraîche?

Nous continuons sur une belle piste, en direction du Col des Trois Termes, où nous faisons la pause banane.

Nous pouvons observer d'un côté Cannes et l'arrière pays et d'un autre côté le Pic de l’Ours et son antenne, dans la brume.

 

Vous pouvez également voir le panorama sur la vidéo avec un clic sur le lien : https://drive.google.com/file/d/14iRrC8GJVFnJxkqB8iFhMZ7bOaNrE3yO/view?usp=sharing

Passée la maison forestière des Trois Termes, nous nous arrêtons pour observer la paon et les wallabys. Le petit qui était encore dans la poche ventrale de sa mère en avril dernier a bien grandi!

Puis nous empruntons le chemin qui grimpe à droite en direction de la Baisse des Pourraques.

Nous voilà dans cette petite clairière de la Baisse des Pourraques (480m), point de départ des deux montées vers les deux sommets du jour. Nous commençons par le Marsaou : la dénivelée n’est pas importante (480-547m) mais la distance étant courte (un peu moins de 250m), la pente est raide.

Les marcheuses gardent le sourire dans l'effort

Au sommet, la prairie offre une vue sur la baie de Cannes et les Iles de Lérins toujours dans la brume et, si l'œil est aguerri, sur  le Mercantour enneigé.

La redescente est un peu plus délicate car les pierres de la sente ne demandent qu’à rouler.

Puis nous enchaînons par la montée vers le sommet des Suvières, par un chemin qui monte plus calmement au départ, en forêt. Nous devons franchir plusieurs arbres déracinés et couchés.

Le parcours du combattant

La phase d’ascension terminale se fait sur les rochers et l’aide des mains est parfois nécessaire.

Le  panorama à 360 degrés est impressionnant, avec les roches de rhyolite rouge pointant dans la verdure, les Iles de Lérins, le lac de la prison en contrebas et la baie de Saint Raphael  et le Mont Vinaigre.

Nous pique-niquons en ce sommet mais rapidement car nous nous refroidissons assez vite, même en l’absence de tout souffle de vent.

Après l'eau, le rosé...

La redescente achevée nous faisons la photo de groupe à la Baisse des Pourraques.

Nous  repartons par un sentier à gauche et nous voilà en direction de la Baisse Violette. Un beau pierrier que certains randonneurs ont déjà monté en trace directe l’an passé.

Mais aujourd’hui prudence, d’autant plus que nous faisons le parcours en sens inverse : nous restons sur le sentier qui serpente dans ce  pierrier.

Après une  bonne demi-heure de marche nous arrivons à La Baisse  Violette et nous prenons le premier sentier à droite, après une petite halte pour prendre la photo sur les deux Perthus.

Nous arrivons au site de La Clavette (363m), un des plus beaux de l’Estérel avec ses rochers tordus, aux  formes que seule l’imagination et les phantasmes nomment de noms d’animaux divers ou de personnages.

Après un petit passage délicat pour descendre du rocher de la Clavette, nous marchons sur un agréable sentier en sous-bois jusqu'au Pas de la Cèpe. 

Notre boucle se termine à la Fontaine du Marsaou et nous retournons alors aux voitures par le même chemin qu’à l’aller, à une variante près.

Nous prenons le temps de cueillir quelques brins de mimosas avant de nous quitter.

 

Nos remerciements vont à Jean Ma. pour avoir proposé et animé cette très belle randonnée et aux photographes Brigitte, Claude C., Dominique et Gilbert pour les belles illustrations.

La semaine prochaine, jeudi 22 février :

G1

Départ : 7H

Alain

823-Brec d'Utelle

moyen***

12km

Dh:800

 

Superbe randonnée sur un sommet à 1604m dans la vallée de la Vésubie ; attention passages alpins.

 

Parking : sur la gauche à la sortie d'utelle

Coût du trajet A/R :68 €

 

 

Partager cet article

Repost0
10 février 2018 6 10 /02 /février /2018 14:01

 La Garde-Freinet-Les Roches Blanches-G2
 

C'est par grand froid mais un beau soleil que les 20 marcheurs (G2) du Cercle de Boulouris se sont réunis sur le beau parking des Treilles, équipement sanitaire Premium. Le trajet par la côte  a été un peu perturbé par des travaux dans Ste.Maxime mais il s'est avéré plus facile que par le Luc, avec une durée de 1 h15.
C'est Jean-Marie qui anime cette rando."Pourquoi La Garde-Freinet ? La Garde parce c'est un col qui contrôle le passage de la plaine du littoral à celle de l'Argens. Pourquoi Freinet ? Cela vient de l'ancienne région du Frainex (de Ste Maxime à Cogolin) où poussait quoi … une petite voix proposera "des Frènes" gagné ma jolie !" Un autre participant proposera une autre hypothèse concernant un homme qui freinait… Pas retenue !
 

Cette rando de 10 km et 475  m de dénivelée avait déjà été faite par le G1 en 2016 en montant tout d'abord au Fort Freinet comme Jean-Marie le montre, puis en passant

directement à la Croix des Maures  par un sentier très difficile. Il a donc préféré monter directement à la Croix , se réservant un aller-retour au fort, en fin de randonnée, pour ceux qui le souhaiteraient. De même il a supprimé une partie du retour, une descente très technique et une autre très facile, sans intérêt au milieu des villas.
Mais malgré toutes ces suppressions, nous dit-il, vous allez vous régaler.
A 10 h, nous quittons le parking, bien emmitouflés, en traversant le village avec sa fontaine aux trois bassins encadrés de mascarons.

Jean-Marie nous fait remarquer certains vieux murs où apparaissent des blocs de schiste, cette pierre sera le fil rouge de la journée.
 

Puis il nous arrête devant le panneau indiquant les itinéraires d'accès au Fort et à la Croix avec les passages à risque.
 

Et c'est la montée vers la Croix d'abord en sous-bois puis en plein soleil. Mais il ne fait pas encore assez chaud pour faire fondre la glace qui s'est formée par endroit. A éviter.

Le village commence à se découvrir en contrebas et ça y est nous sommes sur le schiste.
 

Un petit collet et nous gagnons très vite la Croix des Maures où Jean-Marie va nous faire part de la légende qui l'entoure : "La Croix fut inaugurée le 3 mai 1900, jour de la St Clément, patron du village par l'abbé Mathieu qui en était le commanditaire. De 6 m de haut, il l'avait fait construire  dans l'axe de la place principale, en face de la maison du plus riche propriétaire du village, athée notoire. "Jusqu'à la fin de tes jours, tu auras le Christ en face de toi" lui disait-il."
La croix servait de paratonnerre pour le village et fut restaurée en 1978.

 

Quittant la Croix après une belle photo de groupe, Jean-Marie déclare la "pause banane" au petit collet.
 

Puis nous rejoignons un petit parking d'où s'amorce la route des Crêtes Marc Robert, interdite à la circulation. Nous ne l'empruntons  pas mais attaquons un petit sentier en ligne de crête dans la forêt. Vraiment une bonne grimpette dans le schiste mais tout le groupe suit.

Nous sommes sortis de la forêt et le paysage commence à se dévoiler. Vers l'ouest Jean-Marie nous fait découvrir le lac des Escarcets, où nous randonnons presque tous les ans, et la décharge de Balençan, d'actualité. Nous abordons la descente qui va nous ramener à la route forestière que nous ne ferons que frôler, préférant rejoindre la ligne de crête par un sentier.
Premier passage difficile au bord de cette mare gelée car même les lisières sont glissantes. Mais personne ne mettra le pied dans l'eau.

 

Maintenant ça se complique, dans une forte pente c'est une véritable petite cascade de glace qui envahit la montée.

La meilleure solution est de contourner en marchant carrément hors du sentier. Mais nous passons cet obstacle

et le "Pylone", c'est son nom, est en vue. D'abord, arrêt photo pour ce magnifique cairn. Jean-Marie nous en promet un plus gros…
 

Après un petit passage escarpé nous atteignons le pylône

avec une vue superbe vers l'est et la baie de St Tropez et le château de Grimaud.
Encore un petit effort et à 12 h 20 nous atteignons notre objectif, ce filon de quart blanc qui brille dans le soleil.

Jean-Marie explique que les schistes ici présents sont à l'origine de ce filon.
 

Le schiste métamorphique provient d'une argile qui sous l'action de la pression et de la température présente un feuilletage régulier en plans parallèles : la « schistosité ». Le plan de schistosité est oblique à la direction d'aplatissement (la stratification). Deux épisodes de déformation de directions différentes conduisent à la formation de deux directions de schistosité différentes, et à la création de "frites" (morceaux de roche allongés, de section assez petite, typiquement 1 cm ou moins).
 

Parmi les schistes notables, l'ardoise, très plane et de schistosité marquée, se débite en fines dalles servant à la couverture des toitures. On peut aussi utiliser la lauze de schiste, plus épaisse. On parle de micaschiste dans le cas d'un métamorphisme de plus haut grade, qui conduit à la présence de micas blancs (muscovite) ou noirs (biotite) dans le plan de schistosité
La chaleur qui a accompagné la formation de ces schistes a fait " suer" la roche et libérer   des eaux chaudes minéralisées en silice qui ont donné des filons de quartz blancs   apparaissant lorsque l'érosion a "usé" les roches tendres qui les entouraient.
Cf  Wikipédia.

Photo de groupe incontournable.
Nous reprenons le sentier pour rechercher un endroit abrité du vent et aussi pour s'approcher de l'énorme cairn qui mesure plusieurs mètres de haut. Sa forme est maintenant cylindrique alors qu'elle était conique à l'origine comme tout bon cairn.. Jean M. et Annie T vont élargir sa base faute d'augmenter sa hauteur.

 

Difficile de trouver un coin abrité pouvant accueillir 20 randonneurs affamés et le groupe va se partager en trois dans un cercle de 50 m de diamètre mais, protégés par les rochers, ils sont invisibles les uns des autres.
 

Pour une fois le groupe est assez sobre, le G2 deviendrait-il raisonnable ou bien est-ce la présence de nombreux G1 qui nous a phagocytés ?
Jolie coup d'œil sur la baie de St. Tropez qui méritait ce coup de zoom.

 

Nous ne traînerons pas, la sieste et les jeux de cartes ne sont pas au programme et nous repartons vers le "Pylone". Mais là nous empruntons une large piste "confortable", en descente vers la route forestière. Attention encore à quelques zones de glace.
Par la route forestière, nous rejoignons le parking de la Croix et nous entamons la descente vers le village.

 

Une remarque importante : aujourd'hui, aucun effeuillage nous sommes toujours aussi emmitouflés.
Arrivés à la grande piste, tous les participants décident de remonter au fort. Par de nombreux lacets assez pentus nous gagnons l'extérieur du fort.

 

Arrivés au sommet, Jean-Marie nous expliquera qu'en fait ce n'est pas un fort mais un castrum, un village médiéval entourant un château, le tout ceinturé pour moitié par un fossé servant à la fois de défense et de réservoir d'eau équipé d'un déversoir faisant office de décanteur.

L'ensemble aurait été construit autour des Xème-XIIème siècle soi-disant par les Sarrasins. Mais les fouilles n'ont jamais pu confirmer leur présence en ce lieu. Au XIII ème siècle le village fut abandonné au profit du Col de la Garde. Le château fut détruit en 1589 lors des guerres de religion.
 

Montée au château par un escalier qui donna le vertige (surtout en pensant à la redescente) à plus d'un ou une, puis tour des ruines du château, 120 m2 et vue

panoramique puis descente dans "la rue principale" du village.

Le four à pain et le grenier.
Finalement la descente par l'escalier se passa bien en s'appuyant à droite sur le rocher.

 

Il est temps d'aborder les lacets qui nous ramèneront à la grande piste.

Quelques minutes avant l'accident

A deux lacets de l'arrivée, un des randonneurs glissa et tomba entraînant Yvette qui marchait devant.
Aidée par deux autres randonneurs elle put rejoindre la grande piste où une voiture la ramena au parking. De là, L’Hôpital de Fréjus-St.Raphaël, fracture de la cheville plâtrée immédiatement.
Dommage de terminer ainsi cette belle journée.
Merci Jean-Marie, tous les participants ont apprécié les découvertes qu'ils ont faites et meilleurs vœux de prompt rétablissement à Yvette. 
Merci aux photographes André, Jean-Marie et Nicole.

La semaine prochaine
G2- Départ :8H30 Jean Bo-674-Lac de Garces
Facile -11km -Dh :250

Voir une des merveilles de la Provence Verte, Carcès joli village aux 6 rivières, son Lac et les chutes du Caramy.

Parking : 393 bis route de Bagnols à Carcés-Coût du trajet A/R : 34 €
 

Partager cet article

Repost0