Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 08:42

Roquebrune - L’Escaillon par Valdingarde

 

Des randonnées ont été faites plusieurs fois dans ce secteur, avec plusieurs trajets différents et, aujourd’hui, c'est un parcours inédit, qui est mené par Anne-Marie, via le Col de Valdingarde.

La reconnaissance avait été faite avec Alain le 12 novembre 2016.

C’est Noël et, trêve des confiseurs oblige, nous nous retrouvons sur le parking du cimetière de Roquebrune, vers 8h30, à 4 randonneurs (Patrice, Marc, Michel et Alain) et 2 randonneuses (Elisabeth et Anne-Marie), pour cette dernière randonnée de fin d’année.

Pas besoin de serre-fil, nous nous surveillerons tous les 6 mutuellement.

Mais pas de blogueurs parmi les 6... c’est donc Anne-Marie et Alain qui rédigent un texte, illustré par les photos de Michel et Alain….et nous sollicitons notre chère Claude C., que nous remercions, pour la mise en page de notre blog traditionnel.

Ciel bleu et soleil, température douce pour cette période de fin d’année, au départ de la très jolie petite Chapelle Sainte Anne où Anne-Marie nous présente cette randonnée de 15 kms et 560m de dénivelée.

 

 

« La randonnée commence agréablement par le chemin dit botanique qui mène au site des Vingt-Cinq Ponts. Nous nous dirigerons ensuite vers le Col de Valdingarde où une belle grimpette nous attend et puis ce sera le retour avec une pose déjeuner aux bords du Lac des Clos. »

 

Deux photos de groupe sont faites au départ par nos photographes, dans la belle lumière matinale. 

Roquebrune s’éveille au soleil.

Nous atteignons rapidement, après à peine 30 minutes, l’Aqueduc des Vingt Cinq Ponts, ouvrage construit fin 18ème siècle, en inspiration romaine .

Un écriteau nous informe de l’histoire de l’eau à Roquebrune.

 

Nous continuons notre parcours à travers la végétation méditerranéenne, arbre mort, flore luxuriante, la nature est bien présente, sur un chemin forestier raviné, qui descend jusqu’à un gué, puis remonte : c’est le ravin de la Petite Maurette.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au loin nous apercevons le Rocher de Roquebrune, sous un angle inhabituel, et l’on distingue le sommet principal des Trois Croix.

Le passage de ce 1er gué se fait sans difficulté, avec une certaine élégance pour Marc et Michel et un joli pas de danse pour Elisabeth, sous de le regard admiratif de Patrice.

 

Nous empruntons ensuite une piste qui file Sud Sud-Est entre le Massif de l’Escaillon à droite et le Massif des Cavalières à gauche.

 

Nous nous arrêtons à une cascade, particulièrement active après la pluie de ces derniers jours, puis nous continuons à monter sur un chemin de plus en plus caillouteux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous franchissons un autre gué, toujours avec la même aisance, montons encore et arrivons enfin à l’embranchement de 2 sentiers, où nous marquons la pose banane.

 

Des forces, on va en avoir besoin, pour aller rejoindre le Col de Valdingarde, par ce chemin de gauche, très raide, accidenté, escarpé, rocheux, caillouteux, glissant, bref un passage de 130 m de dénivelée que nous gravirons en 15 minutes, comme on les aime (dixit Alain qui fera les navettes pour prendre les photos et immortaliser les efforts de chacun et chacune).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivés au col, photos de groupe oblige, nous pouvons contempler le golfe de Saint-Tropez qui scintille au soleil, d’un côté, et de l’autre côté, le Rocher de Roquebrune avec à l’horizon le Massif de l’Audibergue et plus à l’Est le Massif du Mercantour enneigé avec son point culminant à près de 3100 m, le Mont Gélas.

Côté Saint-Tropez, nous apercevons « Le Château de la Mère », une belle demeure isolée dans la nature.

 

Alain nous montre également le départ, par une descente très attrayante, d’une prochaine randonnée que nous ferons avec notre ami Jean Bo le 16 février 2017, rando-restau du Vieux Revest.

Nous sommes arrivés au point le plus au Sud et le plus élevé (392m) du circuit.

Nous empruntons maintenant le GR 51, direction Nord Nord-Ouest, jusqu’à un sentier très pentu sur notre droite qui nous fait redescendre les 130 m « agréablement » monté !

Marc fait preuve d’une certaine dextérité sur cette pente aride et prend un peu d’avance sur ses collègues qui hésitent à se lancer dans cette descente bien pentue.

 

En bas, un petit sourire du groupe, tout près d’un arbousier encore bien garni, et nous suivons un chemin parsemé de dénivelées, de passages de gué et arrivons enfin aux abords du Lac des Clos.

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux sentiers s’offrent à nous, à gauche, nous longeons la rive gauche du Lac, et à droite, bien sûr, la rive droite.

Nous choisissons le sentier de gauche et pataugeons dans les flaques d’eau souvent plus larges que le sentier.

 

Nous nous arrêtons sur la rive du Lac pour déjeuner.

Nous avons parcouru 8 kms pour 460 m de dénivelée.

Les reflets, la lumière, la couleur de l’eau, les roseaux chatoyants, ce lac inspire au calme et à la détente et ferait bien le bonheur des peintres, on ne s’en lasse pas de contempler ce magnifique tableau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rêve prend fin lorsqu’Anne-Marie nous annonce le départ dans 5 minutes. Nous partons donc en laissant dernière nous cet endroit si reposant, en suivant un petit chemin humide et pierreux qui nous ramène au GR51.

Là c’est la piste des Campons, large et confortable.

Nous suivrons cette piste jusqu’aux Adrets des Sauves et obliquons ensuite à gauche dans un sentier forestier agréable, avant de remonter vers le GR51 (encore lui, il est incontournable) qui nous ramène à Roquebrune.

Nous allons prendre notre pot de fin de randonnée dans notre café habituel sur la place de la Mairie d’honneur.

Merci Anne-Marie pour cette dernière randonnée 2016 en petit comité, mais néanmoins très agréable et très sympathique.

La prochaine randonnée G1 : 

5 janvier 2017  Départ 8h00  : Anne-Marie N° 504 Esquine - Lac de l'Avellan - Pey Servier
Moyen ***   18km   D:600
Parking : Col du Testanier 

Bonnes Fêtes de fin d’année

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 15:11

Lac de Meault-Forêt Royale-841

Une météo incertaine pour cette journée du 15 décembre qui doit rassembler les marcheurs et marcheuses du G2 : du beau soleil à une pluie continue. Mais  le moral était là pour les 20 courageux qui se sont rassemblés sur un parking bien caché près de St Paul en Forêt. Pas exactement 20, car il en manquait 4, ceux de la voiture de Jean-Marie, partie on ne sait où. Complication supplémentaire, les réseaux téléphoniques étaient très difficiles à trouver dans ce secteur. Finalement, le contact fut établi et Jean Ma qui menait cette rando récupéra ses brebis égarées.

Sans tarder il présentera le programme de la journée, écoutons-le s'il vous plait en cliquant sur le lien ci-joint. https://1drv.ms/v/s!Akg4j4AQ11zMoROWf_D1gxFoQHwj

Ce sera une rando facile sur de bons chemins.

Et c'est parti sur cette large piste créée pour le chantier du lac. Daniel R sera notre serre-fil, accompagné de Bruno qui suivra la randonnée sur sa carte et quelle carte! Mais ceci est une autre histoire, patience.

Mais qui voit-on en tête ?

Monique Ma, c'est un peu inhabituel, mais elle piaffait d'impatience en attendant les retardataires…

Le chef redressera ce "désordre" en repassant devant.

Très vite nous arrivons au nord du lac et nous nous engageons sur une piste qui le contourne par l'est en s'élevant.

Et nous le découvrons, complètement vide avec au sud, une sorte de tour qui pourrait bien correspondre à une station de pompage.

Photo d'archive JM le montrant en 2001.

Jean Ma va nous arrêter au dessus du déversoir qui permettra de réguler son niveau. Impressionnant par sa taille par rapport au lac. Il se déversera dans l'Endre qui coule au sud du barrage.

Photo d'archive JM, le déversoir qui se trouvait au même endroit en 2001 >>>>>>>>>

 On en profite pour un premier effeuillage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Endre, nous la rejoignons et la longeons un peu plus loin

au milieu d'une forêt claire de chênes pubescents. Daniel R se croit en forêt de Fonainebleau…

Mais, mais, mais... il va falloir la traverser. Lors de la reconnaissance, son lit était sec mais maintenant il y a 3 m d'une eau superbement claire à traverser.

Quelques rochers moussus et glissants vont nous aider à traverser et seule Yvette se mouillera légèrement les pieds.

Sur cette photo bien floue (excusez le photographe mais la situation était critique)de cet "amas", il faut distinguer Brigitte, Daniel R, Jacqueline S et Xavier prêt à repêcher tout ce petit monde. Mais Daniel évitera la catastrophe et tout finira bien.

Il fait très beau et très doux. Bravo Var Matin pour sa prévision de pluie sur toute la région !

Rassemblés, nous faisons la pause banane pour nous remettre de nos émotions et repartons sur la grande piste.

Très vite nous abordons la montée sur une très belle piste.

Un peu avant le sommet nous avons une vue plongeante sur le lac et son déversoir impressionnant.

Nous profitons de cet arrêt pour faire la photo de groupe. Bravo, nous ne l'avons pas oubliée comme la semaine dernière.

Encore un peu de montée et nous apercevons l'ancienne maison forestière où nous avions pique-niqué avec Joël il y a quelques années et à droite, les falaises des Gorges de l'Endre.

Comme il reste 6 km à parcourir nous allons continuer un peu pour pique-niquer. L'arrêt sera plus sobre que d'habitude avec quand même deux bouteilles de vin + quelques douceurs.

 

Ne te caches pas, Marie, on t'a reconnue.

Jean regroupe sa troupe pour le départ.

Nous repartons plein sud vers l'Hubac du Castel Diaou (le

château du Diable) et nous apercevons au loin des silouhettes bien connues, le Mt.Vinaigre et le Pic de la Gardiette.

Arrivés au hameau de Tournoune, nous repartons plein nord dans le vallon de Fontcounille, petit ruisseau que nous longeons un bon moment.

Nous allons devoir à nouveau traverser l'Endre, mais là dans une situation plus confortable avec un magnifique radier.

Il ne reste plus qu'un kilomètre avant de retrouver les voitures, parcouru sans difficulté.

C'est là que Bruno va nous sortir sa carte afin de voir le chemin parcouru. Il était temps que la rando se termine car la carte était dans un drôle d'état.

Pour la conserver en archive, il faudra beaucoup de ruban adhésif.

Rendez-vous est pris aux Coloniaux pour notre pot habituel.

A la sortie de Bagnols-en-Forêt, il commence à tomber quelques gouttes. Mais grosse déception, les Coloniaux nous ont fait faux bond, le café est fermé. Tant pis.

Merci Jean Ma pour cette sympathique rando et rendez-vous dans deux ans avec un lac bien plein.

Les photos étaient de Claude et Jean-Marie.

La semaine prochaine, Jeudi 22/12 à 9H00-parking du Manoir à Boulouris : Trestaure les Bois ( 83 ). L : 11 km 800, Dh : 257 m, Facile Joël

Départ de la rando : Parking de St Paul en Forêt

Coût du trajet A.R. : 17€       

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 12:06

La Colle du Rouet  15/12/2016

 

Le ciel est menaçant, mais rien ne nous arrête puisque nous nous retrouvons  nombreux sur le parking de la Bouverie. Aujourd’hui les hommes sont majoritaires,14 randonneurs et 7 randonneuses (tout le plaisir pour les femmes !!)

Notre animateur, Jean Bo nous présente la rando : « env. 14 kms Dh 390 m Moyen ** . Nous allons monter jusqu’au GR 51 pour arriver à la Fontaine des Chasseurs.  Ensuite 2 options pour contourner le rocher de la Fille Isnard  ( soit via une pente régulière  soit via une pente plus raide ) .

Intervention de Jean Louis : « soit par devant soit par derrière »

Nous souhaitons la bienvenue à Bernard qui vient de rejoindre le cercle.

Jean Claude sera notre serre file.

 

Nous démarrons vers 9h par une petite montée sur un chemin pierreux bordé de pins, sapins et de chênes.

Le soleil a décidé de faire son apparition si bien qu’un premier effeuillage est nécessaire.

Admirons le mélange de couleurs entre le ciel, la roche et la végétation.

Regroupement sur le GR 51 et plus précisément sur la piste de la Colle Rousse.

Deux voitures de l’ONF nous mettent en garde sur des travaux d’élagage.

Nous poursuivons en admirant les paysages plus ou moins dégagés, le Rocher de Roquebrune et au loin Le Muy.

Il est 10h, c’est la pause banane dans la forêt domaniale de la Colle du Rouet à 355 m, près de la piste qui mène au pic de Castel Diaou.

 

 

 

 

 

 

 

Le "chef " a disparu, nous sommes menés par deux femmes et deux hommes, est ce une stratégie pour de nouveaux recrutements?

 

40 mn plus tard nous atteignons la fontaine du chasseur, carrefour de 5 pistes.

Jean Borel nous propose de faire 2 groupes pour contourner le rocher de la fille d’Isnard que nous avons en face de nous.

Un qu’il accompagnera et l’autre sera conduit par Jean Louis.

Avant de nous quitter Jean et Jean Louis nous raconteront la légende de la Fille d’Esnard

« Il y avait autrefois, un riche propriétaire qui habitait entre Callas et Bargemon avec sa femme Rainaude. C’était un peu un chaud lapin.

 

Il se mit à faire de la politique et devint député. Il allait voir les bonnes et les servantes mais cela ne lui suffisait plus.

Un de ses copains lui dit qu’il y avait dans le coin, près d’un rocher, une fille magnifique qui était très « accueillante ». Il la rencontra, une fois, deux fois, puis très régulièrement en faisant attention de ne pas alerter sa femme.

Mais un jour, au lieu dit maintenant Pas de Rainaude, il tomba sur elle se promenant dans le coin. Elle ne se fâcha pas, trop contente de ne plus subir les assauts sexuels de son mari qui la faisait tomber enceinte systématiquement. Elle lui demanda par contre d’aller se confesser à chaque fois en se faisant accompagner de son abbé, d’où le Pas du confessionnal. Les femmes de cette époque choisissaient souvent ce moyen de contraception »

 

14 randonneurs (ses) emprunteront la piste du passage des vaches avec Jean BO, tandis que 7 suivront Jean Louis en passant par le Pas du Confessionnal.

 

Vers 11h15 le groupe de Jean Bo atteint le Pic Rébéquier, nous ferons une photo avec derrière nous Callas et les gorges de l’Endre.

 

Nous reprenons notre descente et retrouvons le groupe de Jean Louis vers 12h.

 

La pause pique nique a sonné, chacun d’entre nous s’installe et aujourd’hui c’est la fête : apéritif, du vin rosé, du vin rouge et même la « fiole » de digestif sans oublier le café accompagné de chocolats en « papillotte » elle n’est pas belle la vie !!!!

 

Il est 13 h, Jean a sonné le départ.

Nous nous dirigeons vers le lieu dit « Les Pradineaux », petit arrêt pour contempler les pins parasols

Et Joël propose à Michelle un poste d'animatrice de rando (elle est déjà bien équipée : le sifflet , la boussole etc...) à suivre ….

 

Jean Bo nous annonce la suite sur des faux plats montants et descendants en direction du Château de Rouet.

 

Photo de groupe

Et c'est reparti avec le sourire "ouistiti" pour Alain

Du jamais vu, notre "chef de file" trébuche et se fait mal au doigt, nous le soignons et en fait renvoyons l'hélicoptère,

avant d’atteindre le lac de la Péguière où nous avions déjeuné en septembre 2015.

Nous passons près de la stèle du chasseur tué lors d’une battue ainsi que devant le château du Rouet pour retrouver nos voitures vers 15H

 

Avant de nous quitter, nous prendrons le pot de l’amitié à la Bouverie dans une ambiance de Noël comme des grands enfants.

Un grand merci à Jean pour cette randonnée toujours aussi agréable.

Les photos sont de Brigitte R., Jean, Alain et Michel

La semaine prochaine :

Jeudi 22/12 à 8h00 : Roquebrune/Argens-l'Escaillon-Valdingarde L : 16 kms Dh : 760m           Anne Marie

Départ de la rando : Cimetière de Roquebrune face la Chapelle Ste Anne

Coût du trajet AR : 8 €

Repost 0
Published by Brigitte
commenter cet article