Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 17:11

2019-03-14 - 656 - LE VAL - CIRCUIT DE PARACOL - G1

 

Nous sommes 23 à nous retrouver sur le parking du Val, au cœur de la Provence verte.  Le soleil brille, le ciel est bleu mais quel vent !  Jack nous présente le programme du jour.  

 

Nous allons découvrir le chemin de procession entre Notre-Dame de Paracol et l’église Du Val que nous visiterons en fin de randonnée.  Situé en partie sur le GR653A, chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle à Rome, notre circuit inclura également le sommet dénudé Le Cuit avec son panorama à 360° de l’Estérel à la Sainte-Victoire.  Nous savons que la montée pour y accéder est très raide (20% sur 500m) mais rien ne nous arrête et nous voici prêts pour les 14,5 kms à parcourir avec une dénivelée de 600m! Il est 0915h.

 

Ci-dessous photo des participants avec Patrick comme serre-file.

 

Avant même de nous engager sur le chemin de la Coualo de l’Oulo, nous voyons la chapelle St-Jacques et notre premier oratoire quasiment face à face.

 

 

Le panneau nous informe qu’elle s’appelle ainsi du nom du quartier où elle est bâtie mais elle est en fait dédiée à saint Jean-Baptiste.  Lors de la procession annuelle qui remonte la statue de Notre-Dame à son sanctuaire, les fidèles s’y arrêtent pour la cérémonie des Adieux.  Cette tradition, vieille de trois siècles et demi, se perpétue encore de nos jours. 

 

Un deuxième oratoire nous attend bientôt.  

Regardez bien et devinez son nom avant de lire la suite!!

Eh oui, le Nez !

Puis très vite un troisième, St-Blaise, construit en 1839. 

Pause effeuillage car on monte depuis le départ !

Nous continuons d'avancer sur un chemin de pierres bordé d’arbustes 

 

et admirons le paysage alentour.

Devant nous le 4è oratoire suivi bientôt d’un 5è ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouf, un petit terrain plat nous conduit à l’Ermitage Saint-Blaise.  Voici ce que nous apprenons du panneau que nous lit Jack : Quand les habitants quittèrent la colline de Paracol pour s’installer dans la vallée, on fit construire en 1540 un ermitage jouxtant la chapelle pour y loger un frère dont la mission était de prendre soin du sanctuaire, de sonner la cloche aux heures de début et de fin des travaux des champs et en cas de mauvais temps.  Le premier ermite fut nommé en 1598 et le dernier en 1751.  L’ermitage fut restauré en 2010. 

 

Jack nous suggère d’aller derrière pour voir les vitraux de la chapelle créés en 1980 mais ils sont opaques et ne laissent rien deviner de l’intérieur.  

Un autre panneau nous précise que les habitants du Val, réfugiés sur la colline de Paracol au temps des invasions barbares (VIe et VII e siècles), bâtirent probablement un premier édifice.  La chapelle, reconstruite vers l’an 1000, était en forme de croix latine.  En 1547, le bras droit du transept devint un ermitage.  A l’origine, la chapelle était dédiée à Saint-Jean l’Evangéliste puis on vint y vénérer le martyr Saint-Blaise, médecin et évêque de Sébaste (Arménie).  On le priait pour les maux de gorge et la protection des troupeaux.  Ce culte fut introduit par les Croisés.

Nous poursuivons notre grimpette jusqu’à Notre-Dame de Paracol qui date du XIe siècle.  

 

Elle représente un exemple d’architecture romane et abrite encore la statue de ND de Paracol achetée aux Pères Augustins de Brignoles en 1751. Chaque année en septembre, par le chemin des pèlerins, les villageois ramènent l’effigie de la sainte habillée et couverte de bijoux à la paroisse où elle reste le temps des festivités. Surplombant la chapelle, une statue de la vierge à l’enfant veille sur Le Val depuis 1893.

 

Jack s’adresse solennellement à nous de la croix géante à proximité de la chapelle pour nous montrer de loin Le Cuit, la pièce de résistance du jour ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il nous indique également le Petit et le Gros Bessillon ainsi que la Sainte-Baume et nous rappelle qu’on ne voit pas la Sainte-Victoire de l’Estérel, c’est en fait le Gros Bessillon que l’on voit !  Nous admirons ce magnifique panorama à 360°

 

La Loube

 

Le Pic Cuit

et faisons la pause banane dans cet endroit magique.  

A gauche le Petit Bessillon (2 sommets), à droite le Gros Bessillon

 

Une fois ragaillardis, nous reprenons les bâtons 

 

et finissons par voir le Pic Le Cuit sur notre gauche.

Le vent souffle dans nos oreilles mais nous sommes déterminés à poursuivre notre aventure.

Bientôt les senteurs du romarin taquinent nos narines et nous mettent l’eau à la bouche mais il faut rester concentrés!  

 

 

Une fois au sommet, nous sommes récompensés par le magnifique panorama qui s’étale sous nos yeux, à savoir à l’est le Rocher de Roquebrune, le Massif du Cap Roux, le Mont Vinaigre et le Pic de l’Ours.  A l’ouest, la Sainte-Victoire et la Sainte-Baume.  Nous sommes à 505 m d’altitude.  

La Loube

 

Jack attire notre attention sur une montagne recouverte de neige au nord.  Il s’agit du Devoluy qui culmine à 2800 m dans les Alpes.  Il nous indique également le Petit et le Gros Bessillon.  

Je vous recommande vivement de cliquer sur le lien ci-dessous pour visionner la superbe vidéo pleine d’humour réalisée par André lors de la montée au Pic Le Cuit.  Vous en comprendrez la fin dans les dernières lignes du blog.

 https://drive.google.com/file/d/1dIf9bOKZdB3Ia12eBqQMtIy0zuoosU2F/view?usp=sharing

 

Claude et Jack ont eu la chance de pique-niquer au sommet lors de la reconnaissance mais vu les rafales de vent aujourd’hui, il en est hors de question. Nous redescendons donc par le même chemin poussés par le vent. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est 1245h quand nous trouvons un endroit à l'abri des rafales et à l’ombre des pins pour le pique-nique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le café, la liqueur de myrte et les douceurs, Jack donne le signal du départ et nous annonce que nous sommes à mi-chemin.  Photo de groupe avant de reprendre la route!

 

 

Pas de difficultés dorénavant, alternance de pistes exposées aux éléments avec de beaux points de vue et de chemins bordés de pins. Quelques grimpettes  se mêleront à des sentiers ou pistes plates.

Nous arrivons à la Chapelle de Saint-Cyriaque. 

 

 

Le panneau nous apprend que l’édification de cette chapelle rurale pourrait remonter au XVe siècle.  Saint-Cyriaque, diacre martyrisé en 303 à Rome, est le saint patron de Le Val.  Jusqu’au milieu du XXe siècle, une messe était célébrée dans la chapelle le 8 août, jour de la fête du saint.  La fête votive du village se déroule encore de nos jours le weekend le plus proche de cette date.

 

Nous la quittons et nous voici sur une piste parsemée de nombreuses roches calcaires de différentes tailles.  

 

Nous nous retrouvons sur un chemin qui domine l’Ehpad au premier plan à gauche sur la photo ci-dessous et l’école avec son grand parking un peu plus au loin.  

Nous voici de retour à la chapelle Saint-Jacques, point de départ de notre randonnée.  

Nous longeons un champ d'oliviers

 

et arrivons au parking où nous changeons de souliers, déposons sacs et bâtons dans les coffres et nous dirigeons vers le village pour y visiter l’église.  Pour cela il faut d’abord passer sous l'imposante Tour de l’Horloge. 

 

 

Nous poussons ensuite la porte de la superbe Notre-Dame de l’Assomption qui date du XIe siècle et présente une belle voûte romane en arc brisé. L'église a été agrandie au 17e, et la nef centrale ouvre sur des chapelles latérales aux chapiteaux décorés de modillons.

 

L'ensemble architectural église et tour de l'Horloge vu du passage de la Dîme

 

Nous en sortons pour aller flâner quelques instants dans le charmant passage voûté de la Dîme qui servait dès le XIIe siècle à engranger les produits de la Dîme (impôt en nature prélevé par l'église: céréales, fruits, bétail). De belles arcades plein-cintre couvrent cette impasse aux façades ornées de baies géminées.

 

Le Couvert de la Dîme

Il est temps de prendre le pot de l’amitié au café de la place Gambetta mais malheureusement, nous sommes mal accueillis par le propriétaire  donc demi-tour !  Nous rentrons le gosier sec mais la tête pleine de merveilleux souvenirs !

 

Un grand merci à Jack pour cette magnifique randonnée et à Patrick notre serre-file.  Les photos sont de Brigitte, Dominique, Gilbert et Alain.  Merci aussi à André pour la vidéo !

La semaine prochaine, jeudi 21 mars :

Départ : 7H30

Jean-Ma - Plan de la Tour MOYEN xxx 17,3 km Dh : 610 m

Circuit varié : pistes dans le vignoble, crête de la colle dure (un peu sportive) altitude 500m offrant une vue superbe sur le massif des Maures, retour vers Plan de la Tour par le GR51

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires