Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 19:54

PUGET VILLE -ROCBARON G1 12/01/2017

 

13 randonneurs se donnent rendez vous sur le parking du Rayolet à Puget Ville pour un parcours, mené par Jean Louis, qui sera un peu différent de celui annoncé, d'où un nouveau profil envoyé par Jack.

Jean Louis nous présente la randonnée : 17 Kms et 750 m de dénivelée, avec des pentes douces hormis deux petits raidillons pour monter aux ruines, la plupart du temps de bons sentiers. Belles vues sur la Provence, Tour du Faucon, ruines du Castrum de Rocbaron, la Chapelle Ste Philomène. Passage chez un agriculteur de Rocbaron chez qui nous pourrons acheter des lentilles et des pois chiches.

Joël sera notre serre file.

Nous démarrons tranquillement notre randonnée vers 8h15, traversons le village de Puget Ville déjà en pleine activité et prenons le chemin de Gravillon. Sur notre droite en surplomb des vignes, nous apercevons la Tour du Défends appelée aussi Tour du Faucon qui sera notre prochaine étape.

Après avoir fait quelques kilomètres, nous enjambons une canalisation pour nous diriger sur un sentier assez raide qui nous mènera à la Tour.

Un peu d'histoire sur la Tour du Seigneur Faucon

Nous profiterons également de cet arrêt pour enlever une première "couche" et pour contempler la vue sur la Provence avec le Massif des Maures.

Nous nous regroupons, facile à 13, pour une prochaine étape : les ruines du Castrum

Nous poursuivons notre marche sur un sentier facile ce qui nous permet d'échanger entre nous, une vue au loin à droite sur le Coudon.

Il est 9h45, une petite pose banane s'impose sous un grand soleil!!!, nous sommes vraiment privilégiés.

Reprenons notre route avec sur la droite, les Terres Blanches et en face de nous le Thémère que nous contournerons par l'Ouest pour rejoindre le GR9 en direction de Rocbaron.

Arrêt devant la "Place Eglise Vieille" pour un deuxième effeuillage. Jean Louis nous annonce un petit raidillon pour monter aux ruines du Castrum. Nous ferons un aller retour.

En cours de chemin, arrêt devant les ruines d'une chapelle pour venir au secours de Claude qui saigne au doigt, notre infirmière Nadine saura remplir sa tâche!!! sous l'oeil attentif de Monique!!!

Nous atteignons les ruines vers 11h45

"Les ruines de ce castrum médiéval surplombent le village à près de 520m de hauteur. On suppose que cette petite forteresse, longue d'une trentaine de mètres sur une dizaine de mètres de large, a été construite au X°/XI° siècle. Dans le premier quart du XIII° siècle, Jaufre Reforciat fils de l'un des derniers vicomtes de Marseille, constitua la baronnie de Forcalqueiret en réunissant les seigneuries de Rocbaron, de Forcalqueiret et de Sainte Anastasie. Le château de Rocbaron, probablement trop petit, fut abandonné; il servit peut-être dans un premier temps d'avant poste au château de Forcalqueiret, les deux châteaux communiquent d'ailleurs directement à vue. Puis il fut utilisé comme carrière de pierre pour la construction d'un nouveau corps de logis à Forcalqueiret en 1417. Quant au village, déclaré désert en 1471, il fut repeuplé au XVI) siècle, mais les nouveaux habitants s'établirent dans la plaine, en contrebas du site médiéval".

Site merveilleux, escaladons pour admirer de la-haut Forcalqueiret et le Mercantour enneigé.

Une photo d'une partie du groupe.

Maintenant il faut redescendre,

nous sommes attendus par une agricultrice de Rocbaron qui nous vendra les produits de sa production "bio" tels que les lentilles, les pois chiche, la farine de pois chiche...

Vous trouverez ci-après 2 de ses recettes

SOCCA

Ingrédients : 500 g de farine de pois chiche, 25 cl d'huile d'olive, 25 cl de lait, 25 cl d'eau, 1 oeuf

Préparation :

1. Bien mélanger la farine avec l'huile d'olive

2. Puis ajouter le lait, l'oeuf et l'eau

3. Sur une poêle ou une crêpière, verser le mélange avec une louche

 

LA SALADE DE POIS CHICHE A LA PROVENCALE

Ingrédients : 60 gr de pois chiche par personne, farine, cébettes, sel et poivre, huile d'olive et vinaigre

Préparation :

1. Faire tremper les pois chiche toute la nuit avec une cuillère à soupe de farine et de gros sel, le tout recouvert d'eau

2. Le lendemain, rincer les pois chiche et les faire cuire (recouverts d'eau) 30 mn à l'autocuiseur ou à la cocotte minute

3. Egoutter et servir tiède

4. Saler, poivrer avec une goutte d'huile d'olive de chez nous, 2 gouttes de vinaigre et ajouter les cébettes 

BON APPETIT!!!!

Après avoir rempli nos sacs, nous devons aussi remplir notre estomac. Nous trouverons quelques bancs près d'une école pour nous restaurer.

Le groupe 1 ne sort pas les bouteilles par contre c'est un défilé de petites douceurs accompagnées de café : pâte de coing, divers fruits secs, chocolat ...

Il est 13h30 Jean Louis sonne l'heure de départ pour la prochaine étape : la Chapelle Ste Philomène.

Montée régulière par le chemin des Bréguières, n'oublions pas la photo de groupe dans la nature.

Puis nous emprunterons une descente toute aussi régulière que la dernière montée pour atteindre notre dernier site:

"La Chapelle Sainte Philomène : c'est l'église du Vieux Puget aujourd'hui disparu. Edifiée à la fin du XIème siècle, elle fut remaniée au XIVème et agrandie au XVIIème juste avant que le vieux village ne soit abandonné pour le village de plaine actuel.

C'est un édifice à l'aspect insolite. Elle se compose de 2 nefs qui se terminent chacune par une abside en cul-de-four. La porte s'ouvre au sud-est; au-dessus s'élève un clocher carré. On trouve dans cet édifice le plein cintre et l'ogive. Cette incohérence dénote maints remaniements.

Cette chapelle est inscrite à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques"

Après avoir contemplé ce monument, émerveillement devant ce chat perché qui semble être " le chat de garde"

Il est temps de rejoindre Puget Ville, en admirant les différentes formes d'oliviers et un tapis de soucis et d'arabettes.

 

Nous nous retrouvons devant le pot de l'amitié avec une dernière photo prise par le patron du bar.

Après avoir sorti les GPS et après confirmation de Jack, nous avons fait 19,3 Kms et 780 de dénivelée.

Merci à Jean Louis pour cette agréable randonnée 

Merci aux photographes ; Brigitte R., Claude C., Alain et Michel

La semaine prochaine à l'occasion de la Galette des Rois,

Jeudi 19 Janvier - 8h30 - Groupe 1 et 2 : randonnée commune sur belles piste avec possibilité de variations en fonction des niveaux à partir du col de Bellebarbe -  Les Lacs par le col de Belle Barbe  - L :12 km, D : 400m, niveaux : moyen* et ** 

Parking : col de Belle Barbe, heure de départ : 8h30 - Joël et Alain - Coût du trajet : 6€

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Brigitte
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 15:36

 

Lac de St Cassien-Nord- G2

Retrouvailles sans embrassades-prévention grippe-de 24 randonneuses et randonneurs sur le parking du Pré du Claou au bord du Lac de St Cassien.

 Un petit 2° et un soleil pâlichon-nous avons connu pire au même endroit, -7° le 17 décembre 2009.

 

C'est Jean Ma qui nous conduira aujourd'hui sur 13 km et 400 m de dénivelée.

 

 

C'est parti par une petite montée en sous-bois sur un   sentier qui s'avérera assez vite très glissant.

Ce sera d'ailleurs un peu la caractéristique de la journée

car le sol est très humide, en attestent les grandes flaques que nous rencontrerons à plusieurs reprises.

Et nous débouchons assez vite sur l'ancien tracé de la voie de chemin de fer qui reliait Meyrargues à Grasse puis à Carros. Nous connaissons bien ce tracé que nous apprécions pour sa pente légère, régulière.

 Jean Ma donne une cadence très soft et vers 11 h il nous

offrira une "pause banane" ensoleillée. Oui, le pâle soleil de ce matin a repris de la vigueur.

Passage devant l'ancienne gare de Tanneron, transformée en jolie petite maison. Altitude de la gare 180 m-Altitude du village 370m, il fallait s'y prendre à l'avance pour ne pas rater son train et pour revenir, il fallait être un

randonneur du Cercle de Boulouris pour franchir les 190 m de montée. Bon d'accord, à l'époque, on n'allait pas travailler à Grasse tous les jours !

Maintenant nous rentrons dans le dur, la montée annoncée par Jean Ma dans son message.

Elle est rendu désagréable par les feuilles qui tapissent le sentier, bien mouillées et glissantes, cachant les cailloux, glissants eux aussi. Il en sera de même à la descente mais tout le monde arrivera sans problème à la route.

Ces feuilles de chêne seront un peu le fil rouge de la journée. Autant c'est agréable de les fouler lorsqu'elle sont sèches, autant elles nous font glisser lorsqu'elles sont mouillées.

Là, nouveauté, Jean Ma nous conduit  vers l'arrivée d'eau dans le lac. C'est une déviation de la Siagne qui alimente le lac. Le débit est très important, c'est impressionnant; mais le lac est très bas, sécheresse ou bien gros turbinage par l'usine électrique.

Nous n'allons pas longer le déversoir car il y a une très forte marche à franchir, d'autant plus qu'un escalier a été construit pour rejoindre la route. Là encore c'est une nouveauté car cet escalier n'existait pas en 2016.

Nous reprenons donc la route, sagement en file indienne jusqu'à un petit sentier qui va nous rapprocher du lac.

Passant près d'un enclos où s'ennuient des ânes,

nous allons pouvoir filmer  un moment  de rencontre très classique entre Josette et des quadrupèdes, du déjà vu !(cliquez sur le lien)

https://1drv.ms/v/s!Akg4j4AQ11zMohhd2NtejstUtL_2

Pendant ce temps la tête du groupe s'impatiente un peu. Jean Ma nous a promis le pique-nique à 12 h 45 et il est déjà  12 h 45. Inquiétude  au sein du groupe, nous nous engageons sur un sentier très pentu- et très glissant- mais non, notre guide ne s'est pas trompé, nous sommes sur le bon chemin et après une descente dans les feuilles de chêne, nous rejoignons le bord du lac.

Superbe…Comme le lac est très bas les rives sont  bien accessibles avec plein de rochers pour organiser un pique-nique de rêve. En plus de ça, un soleil superbe et une perspective à droite sur toute la longueur de la partie est du lac et à gauche, sur une partie de la digue du barrage.

Pour les anciens qui ont déjà fait cette rando plusieurs fois, jamais nous n'avions trouvé un tel pique-nique.

Ah! Oui, au fait, nous avons retrouvé, avec joie, nos militaires qui avaient disparu depuis la saison dernière.

Comme d'habitude dans le G2, abondance de boissons et de douceurs, deux vins d'orange, du Stanislas, deux vins rouges, café et papillotes.

Une bonne descente, notre guide !

 Quelqu'un criera au terroriste,  "il a une bombe dans la main"!

Mais non voyons, vous avez bien reconnu Bruno faisant sa distribution de café.  

Sous l'effet du soleil, le sable "fume. Pas facile à photographier. Non, non, il n'y a pas le feu au lac.

Quel étrange animal sorti du fond du lac !

Jean Ma accordera 15 minutes aux joueurs de cartes et

nous repartons pour 5 km sur des chemins plus ou moins abîmés par la pluie. Mais nous n'oublierons pas la photo de groupe au niveau du lieu-dit Patarelle.

 

Nous abordons ensuite un chemin remarquable, en forme de tranchée creusée par l'eau, 80 cm de profondeur par endroit.

Ce doit être super en cas de forte pluie. Bruno, le dernier de la file sort de cette "tranchée".

De temps en temps, de belles vues sur le lac.

Une petite montée très raide, bétonnée, fait râler certains participants mais c'est presque fini.

Retour aux voitures.

Il n'y aura pas de pot aujourd'hui car "les 3 Chênes" ne sont pas encore accessibles et l'Arbousier, au bord du lac, est fermé.

Merci Jean, pour cette belle journée et pour les nouveautés apportées à cette rando.

Merci à Jean Be et Jean-Marie pour les photos.

La semaine prochaine, à l'occasion de la Galette des Rois,

Jeudi 19 janvier- 8 h30 - Groupe 1 et 2 : randonnée commune sur belles pistes avec possibilité de variations en fonction des niveaux à partir du col de Bellebarbe -Les lacs par le Col de Belle Barbe- L : 12 km, D : 400 m, niveaux : moyen * et ** parking : Col de Belle Barbe, heure de départ :  8H30 - Joël et Alain  - Coût du trajet : 6€

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 15:57

Esquine – Lac de l'Avellan – Pey Servier 

 

Pour cette première randonnée de l’année, Anne–Marie nous propose, au départ du Col du Testanier, une grande boucle autour du lac de l’Avellan, avec de nombreux passages en forêts et avec deux sommets à gravir, l’Esquine (388m) et le Pey Servier (377m).

Les 15 randonneuses et randonneurs réunis ce jour partent donc pour faire une succession de montées et de descentes, représentant 600 m de dénivelée cumulée et une quinzaine de km.

Notre animatrice ayant choisi de tourner à l'envers, par rapport à la randonnée effectuée le 20 janvier 2011, la blogueuse a reproduit ci-contre la représentation miroir du profil initial.

 

Maurice sera notre serre-file du jour, efficace et attentif, même à la photographe qui a eu tendance à rêvasser devant les beaux paysages. Un grand merci pour sa gentillesse.

 

La météo est clémente ; le ciel bleu, le soleil et l’absence de vent nous permettent de ressentir avec quelques degrés supplémentaires, les 5 ° du départ et les 10° de l’arrivée.

Nous allons débuter la randonnée par l’Esquine (en provençal, l’échine, la crête de montagne en dos d’âne). Ce beau sentier en forêt emprunte un ancien réseau de pistes très fréquentées, notamment par les bergers des 18 et 19 è siècles.

 

Lors de notre montée, nous profitons de belles vues sur le lac de l’Avellan, les Adrets puis, au loin le lac de Saint Cassien.

De l'autre côté le Rocher de Roquebrune est toujours aussi majestueux.

Mais nous surplombons également l’autoroute A8 et son bruit n’est pas des plus agréables.

Vous pouvez le vérifier en cliquant sur le lien suivant :

https://www.dropbox.com/s/jwltsr320pu3ztz/05.01.17%20Avelan%202.MP4?dl=0

 

Il est 10 heures et nous quittons le massif de l’Esquine par une toute petite portion du GR 51, avant de plonger à droite sur un sentier qui va rejoindre le vallon de l’Avellan.

 

Les chasseurs sont en action ce matin et traquent le sanglier. Nous entendons, puis apercevons leurs chiens, juste au-dessus de nous.

Heureusement nous prenons un sentier qui nous est réservé (nous n'y rencontrerons d'ailleurs ni sanglier ni chien !!!) et nous atteignons les vestiges de la mine de Mare Trache, en toute sécurité.

 

 

 

De cette mine, fermée en 1971, ont été extraites environ 25 000 tonnes de flurorine (appelée dans l’industrie spath-fluor) de belle pureté, à partir d’un filon d’un mètre environ, exploitable facilement à flanc de coteau. Ce minerai, utilisé comme fondant par les fabricants d’ acier, prendra principalement la direction de l’Allemagne, par bateau depuis le port de Saint Raphaël.

 

Nous repartons et longeons, en surplomb, l'Avellan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons aux bords du lac de l’Avellan à 11 heures. Le G2 aurait sans doute fait la pause-apéritif. Mais au G1, pas de vin, pas d’apéro ….et donc malgré l’heure, nous faisons la pause banane...mais sous un agréable soleil.

 

Vous pouvez la découvrir "en live" en cliquant sur le lien suivant :

https://www.dropbox.com/s/4gtittnleuo294l/05.01.17%20Avelan%204.MP4?dl=0

 

Pour les géologues, le site de l'Avellan est intéressant car il illustre un graben, bassin d’effondrement formé au Permien (300 Ma) et lié à la phase de décompression postérieure à la formation de la vielle chaine hercynienne (350 Ma). Pour ceux qui sont intéressés, je vous conseille de suivre le lien suivant :

http://geologierandonneurs.fr/conferences/Esterel%20Avellan.pdf

 

Pour les amateurs de sports extrêmes, imaginez l’envol de cette belle aile, que malheureusement nous ne suivrons pas dans le ciel, notre départ pour le Pey Servier ayant été plus précoce.

Nous abordons alors la dernière montée de la matinée, avec la promesse de déjeuner au sommet, 200 m plus haut. La piste est large et confortable.

Nous faisons nos deux photos de groupe.

 

Puis, peu de temps après, nous nous installons pour notre pause repas sur une petite plateforme, cul de sac de notre montée, bien ensoleillée.

Il est 13h20 et Anne–Marie a donné le signal de départ, après nous avoir informés de la longue descente qui nous restait à faire.

 

Nous faisons une petite variante en empruntant un sentier au dessus de la piste que nous rejoindrons à proximité du Logis de Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous  quittons à nouveau la piste pour prendre, à droite, un sentier qui plonge vers le lac Avellan.

Nous retrouvons alors la rive du lac de l'Avellan, face à son exutoire où nous étions le matin. Des canards prennent leur envol.

Après avoir passé le gué nous remontons à travers la forêt vers le parking du col du Testanier.

A 15 heures, notre parcours est bouclé.
A l’heure des bilans, nous avons fait 22 844 pas (étalon Joël), soit 15 km et un peu plus de 600 m de dénivelée.

Nous terminons l'après-midi sur la terrasse ensoleillée du tabac-presse du petit centre commercial de la Tour de Mare.

 

Merci Anne-Marie pour cette bien belle première randonnée 2017.

Les photographies sont de Claude C. et Michel et la filmographie de Jean Be ; merci à eux.

La semaine prochaine pour le G1:

Jeudi 12/1 : 

Départ 7h00 Jean-Louis N° 756- Puget-ville Rocbaron- Moyen *** 17 km D:710m

Parking : parking du Rayolet

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article