Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 15:32

CAILLE - Crêtes de Bauroux (06)

 

Après une heure et demie de route, 18 randonneurs et randonneuses sont présents sur ce parking du petit village de Caille situé dans les Alpes - Maritimes.

Au fait, ce n'est pas 18 mais 19 randonneurs qui sont comptés, puisque à peine arrivés, nous sommes rejoints par ce superbe toutou, pure race patou, mais pas vraiment? Alain nous raconte que déjà lors de la reconnaissance de cette randonnée en juillet dernier,ce même chien l'a accompagné sur une bonne partie du parcours.

 

Entre la Méditerranée et les Alpes, CAILLE, village typique des pré-Alpes niché au fond de sa plaine au pied du "Baou Roux", vous donne la possibilité de découvrir ses traditions, son architecture, ses animations culturelles.

Caille c'est une histoire qui dure depuis des siècles, un patrimoine architectural remis en valeur par la commune depuis plusieurs années avec son ancien  château (privé), son église ornée de tableaux du XVIII ème siècle, son lavoir, son four à pain, ses maisons du XVIIIème siècle aux encadrements de portes et fenêtres en pierres de taille ou en bois où flâner prend tout son sens...

Caille est situé à 1200 m d'altitude à une quarantaine de km de Grasse. C'est un village de montagne où il fait bon vivre grâce notamment à ses commerces permanents (boucherie, épicerie, boulangerie, auberge), à son petit marché du samedi matin (fleuriste,  librairie itinérante), à ses services (mairie, école primaire, Agence Postale Communale) et enfin à ses exploitations agricoles...
 
A la sortie des voitures, une fraicheur à laquelle nous n'étions plus habituée nous surprend (2°C).
Aujourd'hui est un grand jour, car nous allons marcher sous la houlette d'Alain qui endosse pour la première fois la fonction d'animateur de rando du jeudi.
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il nous présente maintenant les caractéristiques de cette randonnée : 14 km à parcourir, avec un dénivelé de 680 m, puis nous fait une rapide présentation des sites remarquables que nous allons découvrir tout au long de cette ballade.

 

 

 

Présentation de la rando: 5/5

 

9 h pétante, Alain donne le top départ. Dans un premier temps nous prenons la direction du village de Séranon devenu célébre grâce à l'empereur Napoléon.

Passée la sortie du village, nous apercevons la plaine de Caille qui commence à s'éclairer grâce aux premiers rayons de soleil.

Après quelques hectomètres parcourus, la fraicheur du début de matinée s'estompe peu à peu.

Au loin sur notre gauche, apparait le mont Lachens, plus haut sommet du Var qui culmine à 1714 m et qui est situé sur la commune de Mons.

Dans un ciel devenu quasiment tout bleu, se détache les crêtes de Bauroux dont le point culminant se situe à 1644 m.

Alain nous précise que pour atteindre ce point le plus haut de la crête, nous allons emprunter le sentier situé sur le versant Ubac.

Petit rappel:

L’ubac (du franco-provençal, opacus : obscur, sombre) désigne dans les Alpes les versants d’une vallée de montagne qui bénéficient de la plus courte exposition au soleil.

Après avoir traversé une partie du village de Séranon, nous découvrons les ruines de la bastide de Broundet témoin du passage de Napoléon ier dans laquelle il passa quelques heures de repos dans la nuit du 2 au 3 mars 1815, à l'occasion de son retour de l'île d'Elbe.

Alain à fond dans son rôle d'animateur, nous fait un compte-rendu détaillé du passage de l'empereur dans la région.

 

Séquence "Secrets d'histoire": 5/5

Après cette pause culturelle, nous continuons notre route en direction de la chapelle Sainte Brigitte.

"Eh! Bonjour messieurs dames, bonne promenade."

Nous abordons donc la chapelle Sainte Brigitte. Alain s'étant assuré auprès de la mairie que celle-ci serait ouverte au public, nous découvrons un intérieur très sobre.

 

 

Profitant de cette nouvelle pose, la plupart des randonneurs effectue un premier effeuillage. Certains entendront aussi le terme de "dépoilage"!!!

Notre fidèle compagnon du jour, a bien compris qui était le chef aujourd'hui. Et il attend les ordres de celui-ci pour reprendre la route.

 

La pente se fait plus raide maintenant, mais la perspective d'une pause banane imminente nous donne du courage. Et très vite nous arrivons aux abords des ruines du vieux village de Séranon.

A l’origine, le vieux village de Séranon était perché sur la crête au sommet de la montagne. La crainte des invasions écartée, les habitants s’installèrent dans la plaine plus hospitalière et plus propices aux travaux agricoles.

Ci-dessous, une partie de l'église Saint Michel envahie par la végétation.

 

Accrochées sur les «barres», surplombant le vieux village de Séranon, les ruines encore imposantes de l’église Saint Michel semblent défier le temps, et témoignent du passé historique de notre pays.

L’église fût construite au tout début du XIVéme siècle par Louis de Villeneuve seigneur de Séranon dont les terres de Trans viennent d’être érigées en marquisat (1506). C’est sans doute pour fêter cet événement qu’il construisit une église si somptueuse en face de son château sur l’emplacement de maisons médiévales construites avant l’édification du rempart du village.

Nous profitons de cette nouvelle halte culturelle pour reprendre des forces, pendant qu'Alain nous donne en détail toutes les informations sur le vieux Séranon.

Séquence "Patrimoine": 5/5

La banane fait toujours l'unanimité, semble-t-il.

Observons la joie d'Elisabeth, notre serre-file du jour, qui vient d'être décorée par Jean Bo du "sifflet d'argent" en reconnaissance du travail accompli!!!

Nous abordons donc cette partie "ubac", où à certains moments nous avons une très belle vue sur la plaine de La Lane, dont fait partie la commune de Valderoure.

Dans cette partie du sentier, principale difficulté de la randonnée, nous traversons une forêt de pins sylvestres assez dense par endroit où racines et grosses pierrres sont autant d'obstacles à éviter.

Pour autant, cela n'entame pas le moral des marcheurs.

Avant d'arriver sur la zone de crête, la végétation est moins dense,et fait place à une partie plus rocheuse.

Nous voici enfin à la croix (en piteux état) marquant le sommet de la crête. Hélas, nous sommes envahis par des nuages bas. Par instant,nous apercevons l'Estéron vers le nord ou la plaine de Caille vers l'est.

 

Alain nous invite à se poser dans le secteur pour le pique-nique.

A notre grande surprise, mais pour le régal de tous, Alain qui veut fêter dignement son passage dans le club très fermé des animateurs, nous offre une coupe de champagne complétée par des amuses-gueules servis par Nadine. Un grand merci à eux deux.

 

Animation pique-nique: 5/5

Pas de champagne pour notre compagnon d'un jour, mais de l'eau fraîche servi par Jean Bo.

"C'est qui le plus beau!!!".

Un café bien chaud proposé par Claude Ca et Monique Tu, et il est temps de poursuivre notre chemin. Mais auparavant, réunion au sommet. Laquelle préférez-vous. Celle-ci...

Ou celle-là?

 

 

Toutou :"Non mais, Françoise, tu veux bien me laisser passer, nom d'un chien!!!"

Françoise :"Ok, ok, vas y, t'as une copine qui t'attend en bas?"

 

 

La deuxième partie de notre rando est constituée essentiellement par de la descente, où il faut rester vigilent pour ne pas se retrouver sur les fesses. N'est ce pas André!!!

 

 

 

D'ici, une vue splendide sur la pleine de Caille s'offre à nos yeux.

 La plaine sur laquelle s'ouvre le village fait partie intégrante de la vie des Caillois depuis toujours. L'économie étant essentiellement basée sur l'élevage et l'agriculture jusqu'à l'après guerre. La plaine de Caille est de forme conique, inclinée d'est en ouest, et longue d'environ cinq mille mètres jusqu'au village d'Andon. Cette plaine agricole est un poljé, c'est à dire un bassin d'effondrement de l'ère tertiaire, typique en relief karstique. Les eaux s'échappent par une faille naturelle appelée l'embut. Par un réseau souterrain, elles ressortent dans la Siagne. Jusqu'au début du siècle, la partie basse de celle-ci ressemblait à un marécage. En 1877, une terrible épidémie de fièvre typhoïde emporta sur Caille, entre le 9 août et 17 octobre, six jeunes cultivatrices et cultivateurs âgés de 24 à 35 ans. Ce n'est qu'à partir de 1903, suite à un rapport adressé à l'inspecteur d'hygiène départemental que le projet d'assainissement du "marais de Caille" a vu le jour.

Sur la fin du parcours, Alain nous propose une petit aller-retour vers cette petite grotte qui renferme un mystère.

Le mystère de l'origine de la Vierge du Jasson, à quelques centaines de mètres de Colle Basse (Col Bas), une statue a été déposée dans la roche à mi chemin du Baou Roux. On l’a baptisée Vierge du Jasson (quartier dans lequel elle se situe). Nul ne connaît son origine, ni son histoire.

 

 

Nous nous retrouvons enfin dans ce petit village de Caille, où après avoir rangé sacs et chaussures dans les voitures, nous prenons le temps de déguster boissons et friandises.

 

Résultat final du jury : 5+5+5+5 = 20/20. Alain est admis au sein du groupe des animateurs, avec les remerciements de tous les randonneurs présents aujourd'hui.

Merci aux photographes : Brigitte, Claude Ca et Gilbert.

 

Prochaine randonnée :

Jeudi 13/10 à 7H00 : Rocbaron. L : 16 Km.700 Dh : 710m. Moyen alto. Jean-Louis Levavasseur
Départ de la rando : Parking du Rayolet - rue du Rayolet. Coût du trajet A.R. : 62 €

Repost 0
Published by Gilbert
commenter cet article
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 16:01

Les Balcons des Issambres

19 randonneurs du cercle de Boulouris se retrouvent au col du Bougnon pour cette randonnée conduite par Roland.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Bienvenue à Geneviève et Jean-Marie nouveaux inscrits.

La randonnée annoncée sera réduite à 13 kms et 250 mètres de dénivelé, par crainte de la pluie et à cause du Roc Azur présent sur le secteur.

Quelques petits rayons de soleil nous accompagnent au départ mais cela sera pour peu de temps.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Rapidement ciel et paysages deviennent gris ce qui ne facilite par le travail des photographes.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Nous empruntons la piste Cabasse d’où d’un côté nous apercevons au loin l’Estérel et St Raphael et de l’autre Ste Maxime et St Tropez.Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016                                                                                                                            C'est alors que nous arrivons au poste de  ravitaillement des coureurs du Roc Azur. Peu nombreux encore.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016La piste s’élève progressivement. Il est temps de s’arrêter pour la pause banane. Cela fait une heure que l’on chemine dans le massif des Maures.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016"Le risque de pluie étant fort probable dans l'après-midi, nous allons inverser cette partie de circuit. Il est préférable de partir par les sentiers et revenir par la piste" nous dira Roland.

Nous quittons donc la piste pour un sentier plus étroit, caillouteux et raviné. 3 montées et 3 descentes vont se succéder.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Montées et descentes assez courtes mais raides. Après la 1ère la seconde. Chacun surveille ses pieds.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Petit arrêt au sommet pour se désaltérer et regarder alentour.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Et voilà la 3è.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Pas le temps de respirer. On coupe seulement la piste. Nous avons atteint le point culminant de la randonnée 301 mètres.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016

En cours de descente Roland attend les derniers tandis que les premiers se dirigent vers une citerne où ils peuvent faire un peu de lecture. Quel Nicolas le « tageur » attend-il ? Pour certains d’entre nous il s’agit de Canteloup dont les imitations et sarcasmes nous manquent.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016En passant à proximité de la piste de la Garonnette nous pouvons observer quelques touffes de "daphné" ou joli coeur.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Nous nous éloignons du chemin afin de nous installer pour le pique-nique. Vin d'orange, rosé et cake complètent celui-ci.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Tiens un Maure avec son chèche sur la tête nous a rejoint dans les Maures.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Rolande distribue des questionnaires à ceux qui ne les avaient pas reçu ou pu l'ouvrir et présente les prochaines randonnées.

Pas de belote, ni de sieste. Humidité et ciel menaçant nous font abréger la pause (tout juste 50 mn). Nous repartons par la piste et regagnons la partie empruntée ce matin du départ à la pause banane. Moins soucieux de surveiller nos pieds nous pouvons observer le paysage.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Tantôt nous pouvons apercevoir les sommets des Maures, ceux de l'Estérel, tantôt la mer en direction de Sainte Maxime et Saint Tropez.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Nous revoilà au point de ravitaillement du Roc d'Azur. Que de monde en ce début d'après-midi. Quelques frictions et chutes à la descente pour les cyclistes. Toujours pas de mauvais temps aussi nous devenons spectateurs pour quelques minutes.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Nous en profitons pour faire les photos du groupe.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016

Nous repartons et croisons en cours de chemin 3 véhicules de pompiers. Y aurait-il eu un accident ou est-ce à titre préventif? Face à nous de l'autre côté de la route le chemin emprunté à la montée par les cyclistes (photo zoomée)

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Nous approchons du parking

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Arrivée exceptionnellement tôt à 14h35. Afin de ne pas être gênés par les coureurs c'est aux Issambres, face au port que nous allons partager le verre de l'amitié.

Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Les balcons des Issambres - circuit 2 - jeudi 6 octobre 2016Merci Roland pour cette agréable randonnée, à refaire dans sa totalité par journée ensoleillée afin de profiter de la beauté du paysage.

Les photos sont de Claude et Rolande.

Repost 0
Published by Rolande
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 13:43

Sainte Anne de VINADIO – 29/09/2016

 

Jean Bo. nous propose une randonnée franco-italienne, à la découverte de lacs de haute montagne du Mercantour, les lacs du Lausfer.

Nous sommes 17 randonneurs au parking supérieur de Sant’Anna di Vinadio (nous sommes en Italie), la plupart partis de bon matin de Boulouris et quelques-uns arrivés la veille et déjà acclimatés à l’altitude (nous sommes à 2010 m).

 

Jean Bo. nous indique tout d’abord que « le sanctuaire, le plus haut d’Europe est situé sur une très ancienne voie de communication entre la Provence et le Piémont, la vallée de la Tinée et celle de la Stura di Demonte par le col de la Lombarde ou le pas de Sainte Anne, soit entre Vinadio et Isola, dans la très belle vallée glaciaire d’Orgiais. Ce sanctuaire est commun aux communautés de Vinadio et d’Isola ».

Enfin il présente la randonnée, niveau moyen 2* et son profil altimétrique : « Nous allons d’abord rejoindre le lac Sainte Anne (2167 m) puis nous continuerons au travers de pâturages vers le Pas de Tesina (2452 m). Nous emprunterons alors un ancien sentier militaire qui franchit la barre rocheuse et qui nouss amènera au col de Saboulé(2460 m). De là nous descendrons côté français vers les lacs de Lausfer et nous déjeunerons au bord du lac supérieur (2332m). Nous remonterons vers le col de Lausfer (2430 m) et repasserons en Italie pour atteindre le pas de Ste Anne. Nous redescendrons alors vers le monastère que nous visiterons en fin de journée. Nous ferons donc 11 km et la dénivelée sera d’environ 520 m.»

Le ciel est bleu, la température est clémente, malgré quelques souffles de vent frisquet qui nous obligera à des habillages- déshabillages tout au long de la journée.

Jean Claude et Babette seront nos serre-files toute la journée.

Nous commençons par une petite grimpette hors sentier, vers un rocher mémorial « pour ceux qui ont soufferts sur ces monts à cause des évènements de la guerre ».

Puis nous rejoignons le rocher de Sainte Anne où nous ferons la photo de groupe : « La légende rapporte qu’avant le XI siècle, Sainte Anne apparut en haut d’un rocher, à une jeune bergère, Anna Bagnis et lui désigna l’endroit ou elle demandait que soit construite une chapelle. Le plus ancien écrit daté de 1307 cite l’hospice Santa Maria di Brasca, sur ce périlleux sentier muletier de haute montagne. En 1443 un écrit dit que ce sanctuaire est dédié non plus à Notre Dame, mais à Sainte Anne, sa mère. Dès les débuts du XVIème siècle, des chroniques rapportent qu’un prêtre desservant vivait à demeure et qu’une « multitude de peuple » montait à la chapelle pour la fête de Sainte Anne, et y apportait la nourriture et tout le nécessaire pour que le prêtre et ses gens puissent y passer l’hiver et secourir les voyageurs. Au cours de ce même siècle l’évêque d’Apt offrit une petite relique de Sainte Anne, toujours présente, en ayant traversé toutes les invasions et destructions de l’histoire.»

Nous empruntons un large sentier qui monte doucement en direction du lac de Sainte Anne.

Non, cette petite mare n’est pas notre objectif, que nous atteindrons en fait quelques minutes plus tard.

 

Partis de bon matin nous apprécions la pause banane à proximité du lac di Sant’Anna.

Nous repartons en laissant le lac à notre gauche. Au loin une belle vue sur le Pas de Tesina.

Nous traversons des alpages et croisons des vaches blanches peu farouches : des charolaises par ici ? des tarines à la peau blanche ? Ma che no ! Elles ont le cuir légèrement grisé et le bout du museau noir : ne serait-ce pas plutôt des piémontaises (çà sonne local!) …. Spécialiste merci de nous renseigner !

Nous poursuivons par un sentier caillouteux vers le pas de Tesina, avec une très belle vue arrière sur les lacs que l’on a dépassés et les cimes italiennes.

Au pas de Tesina nous découvrons d'un côte le chemin à flanc de montagne, taillé dans la roche, qui va nous mener au col de Saboulé, au-dessus du bâtiment et de l'autre côté un superbe panorama sur le vallon de Tesina qui s’étale en contrebas.

Le sentier devient parfois étroit et traverse des éboulis impressionnants.

Non ce n’est pas un névé, mais cette mini plaque de glace laisse présager des difficultés de cette rando au printemps ou encore dès les premières neiges.

Le baraquement atteint il nous reste encore un petit effort à faire pour rejoindre le col du Saboulé (2460 m). La frontière y est matérialisée.

Les panoramas sur les sommets sont superbes, avec côté italien au fond le mont Viso en début d’enneigement et, côté français le mont Mounier.

Nous profitons de cette étape pour faire une nouvelle photo de groupe.

Nous quittons alors le versant ubac italien pour descendre côté français l’adret et retrouver le soleil. Rapidement nous surplombons le premier des lacs de Lausfer, dit le lac supérieur, au bord duquel nous déjeunerons. 

 

La descente vers le lac se fait  rapidement et nous nous installons confortablement pour le déjeuner.

L’eau est claire mais froide (12 °mesurés près de la rive). Les petits poissons ont été récompensés par quelques miettes de pain, pour la photo.

Jean Bo. sonne le départ. Nous quittons le sentier et après une grimpette, que dis-je une pente sportive selon Michel, nous atteignons un ancien fortin militaire, que nous allons visiter, équipés de nos lampes.

Un sombre et étroit couloir multi coudé nous amène aux deux postes de surveillance du versant opposé au travers de meurtrières.

Nous redescendons pour rejoindre le sentier qui rapidement nous fait découvrir le lac de Lausfer inférieur, et en dessous les deux derniers lacs inférieurs, nettement plus petits.

A partir du col du Lausfer le sentier étroit et pierreux sinue en Italie. Nous voyons en face le lac Saint Anne et le pas de Tésina franchi ce matin.

Après le Pas de Sainte-Anne le sentier s’élargit. Regardant côte français nous pouvons observer les pistes d’Isola 2000 et la route étroite et sinueuse sur laquelle nous avons circulé ce matin pour rejoindre le col de Lombarde.

Dès le lac du pas de Sainte Anne aperçu, nous coupons les sinuosités du chemin et le sanctuaire se rapproche ainsi rapidement.

L'église du sanctuaire est située au milieu des bâtiments des pélerins.

« En 1681 fut construite une nouvelle église à trois nefs, celle que nous voyons aujourd’hui, avec son sol en pente qui suit le roc, et qui a été ensuite agrandie et complétée de bâtiments pour les religieuses, l’hôtellerie, et entre 1750 et 1800 d’autres bâtiments furent construits pour accueillir, loger et nourrir les milliers de pèlerins qui montent au sanctuaire de Vinadio comme d’Isola chaque année lors des grands pèlerinages… Ce sanctuaire témoigne de la foi des habitants des vallées, avec tous ses murs recouverts d’ex-voto peints, des nœuds de rubans roses ou bleus des nouveaux nés placés sous la protection de Sainte Anne, coutume locale très vivante… »

Nous reprenons nos voitures et sur la route de retour nous faisons une halte pour prendre notre traditionnel et oh combien sacré « pot de l’amitié » accompagné ce jour de délicieuses pâtisseries classiques ou traditionnelle (tourte de blettes).

Un grand merci à Jean Bo. pour nous avoir fait découvrir cette très belle randonnée, illustrée par les jolies photographies de Brigitte, Claude C., Gérard et Jean Bo.

La semaine prochaine :

Jeudi 06/10 à 7H00 : Caille-Crêtes Bauroux. L : 14 Km. Dh : 680m. Moyen médio. Alain W.

Départ de la rando : Parking Caille - Rue des Ecuries.

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article