Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 08:36

 2022-03-31 - 715-2 - Ampus - G2

 

 

31 randonneurs et randonneuses sont présents ce matin sur le parking à l'entrée du village d'Ampus. Jean Bo, sera notre animateur du jour puisque grand connaisseur de cette région du haut Var, et ayant déjà mené cette même randonnée en 2009 et 2019.

 

 

Cette randonnée est de niveau moyen *, pour une distance de 9,7 km et un dénivelé de 225 m.

Côté météo, les prévisions sont plutôt bonnes après les fortes pluies de la veille.

 

Sur la place de la mairie, symbole de ce village (chemin de l'eau ...), nous découvrons cette magnifique fontaine.

 

 

Ce beau village, fièrement posé sur sa butte, baigné de soleil, couvert de neige ou illuminé tel une crèche a bien du charme. De petites ruelles pittoresques en placettes ombragées, de fontaines gargouillantes en lavoirs paisibles, le cœur de notre village respire la douceur de vivre et vous enchantera le temps d’une promenade.

 

Dans un premier temps, Jean nous propose la visite de l'église Saint Michel. Pour cela il s'absente quelques instants pour récupérer à la mairie, la clé nous permettant d'entrer dans l'église.

Et tel saint Pierre recevant les clés du paradis par Jésus Christ, revoilà Jean avec le sésame en main.

 

 

 

 

 

 

En 1085 l’église Saint Michel fut confiée aux religieux de Lérins.

Pendant les guerres de religion, l’édifice subit d’importantes dégradations, réparées le calme revenu.

C’est probablement à cette époque qu’elle fut dédiée à l’archange Saint-Michel.

Deux nefs furent construites successivement : celle de gauche en 1728, celle de droite en 1762.  La première est à croisillons, la seconde à arêtes. La nef centrale se termine par une abside en cul-de-four restaurée vers 1968 et dotée d’un autel tabulaire dont le support est fait d’une meule pour moudre le blé. La nef est voûtée en berceau avec arc légèrement brisé. Des arcs doubleaux retombant sur pilastres renforcent la vôute. Cette dernière fut refaite en 1780.

Contre un des pilastres gauche est fixée une statue en bois polychrome représentant Saint-Michel terrassant le dragon ayant figure humaine disproportionnée. Cette œuvre serait du XVI° siècle. Un clocher carré coiffé d’un campanile flanque la façade.

Curé d’Ampus mais aussi tailleur de pierres, Adonis Volpato passe 20 années au chevet de son église. Son travail est une fierté pour tout le village. Par deux fois, il fut lauréat du concours national des chefs d’oeuvres en péril.

 

Nous parcourons maintenant le chemin de croix qui serpente au dessus de l'église.

 

 

 

La Provence est réputée pour la beauté de ses poteries, faïences et carrelages.

Les 14 stations du Chemin de Croix d’Ampus, incrustées dans le rocher et émaillées répondent à cette tradition.

L’esprit contemporain de ces représentations est étonnant.

Installé à l’emplacement de l’ancien château seigneurial, le chemin de croix réalisé par Geoff Hindry ponctuera votre découverte du village d’Ampus en vous conduisant jusqu’à la grotte.

 

Du haut du village d'Ampus, apparaissent ces vertes prairies servant à la nourriture du bétail.

 

 

Traversant le pont de Ratton, nous pouvons observer le lit de la Nartuby d'Ampus complètement à sec.

 

 

Principale culture de la région, l'olivier est bien présent ici aussi.

 

 

Dans cette première montée, la file des randonneurs s'étire...

 

 

... Alors que devant, le peloton de tête avance d'un bon pas.

 

 

 

Les 31 randonneurs sont regroupés, à la faveur de la pause banane.

 

 

 

 

Peu après 11 h, nous reprenons notre route à travers un chemin plutôt ombragé, en direction du dolmen de Marenq.

 

 

 

Nous découvrons enfin ce dolmen où nous allons tout savoir sur celui-ci, grâce aux explications de Jean.

 

 

 

La préhistoire a laissé quelques timides débris dans les massifs alentours. Sur la colline dominant le village au nord, parmi les chênes et les buis, se dresse un des plus beaux dolmens varois. 

Le dolmen de Marencq, encore bien visible, atteste de la présence d’une communauté depuis plus de 4000 ans. 

Le dolmen est doté d’une couverture constituée d’une dalle volumineuse reposant sur la dalle de chevet et les deux piliers séparant la cella du couloir. Une restauration effectuée par Jean Courtin a permis de redonner son architecture d’origine au monument. 

 

 

On les avait oublié, Jean-Claude et Patrick, co-serres files du jour, assurent le service d'ordre.

 

 

 

A notre passage, ces sympathiques biquettes accourent pour nous saluer.

 

 

 

Nous arrivons sur le site de la chapelle Notre Dame de Spéluque. Initialement, Jean avait prévu de faire le pique-nique au pied de la chapelle, mais un vent frais nous oblige à nous éloigner de quelques mètres pour s'installer dans un endroit plus abrité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un apéritif copieux, le café et le pousse-café ne sont pas oubliés non plus.

 

 

 

13h 30'. Jean siffle la fin des réjouissances. Dans la foulée, il nous donne toutes les infos sur Notre Dame de Spéluque.

 

« Cette Chapelle date de 1090, alors qu'une  partie, aujourd'hui sacristie, est datée de 990 après JC. Construite à la suite d'une bataille contre les Sarrasins, elle accueilli un prieur et 4 moines… La chapelle, classée monument historique, et la ferme proche constituent la Fraternité Saint Charbel. Son autel, un des trois plus anciens du Var, est constitué d'une table soutenue par 5 piliers.

Les gens d’Ampus, ne disions pas “Spéluque” (c’est pour les érudits..), nous disions simplement Notre-Dame du Plan. Chaque Ampusian portait cette chapelle dans son cœur et n’aurait manqué pour rien au monde La Fête du Plan le 8 septembre. Messe à la chapelle. Procession à l’issue de la messe, avec chants en provençal et promenade de la statue de la Vierge dans ses beaux atours et ses bijoux, Vierge obligatoirement portée par quatre jeunes filles, vierges évidemment ! A la dernière procession en septembre, non seulement on n’a plus trouvé quatre jeunes filles, mais pas même quatre femmes, il a fallu le secours d’un homme pour faire le quatuor!! »

 

 

La chapelle Notre-Dame-de-Spéluque, appelée aussi Notre-Dame-du-Plan, consacrée en 1090. Façade restaurée au XIXe siècle. L'ensemble fut un prieuré de l'abbaye de Lérins jusqu'à la Révolution. Elle est propriété privée et a été classée monument historique le .

 

A plusieurs reprises, nous croisons des oratoires. Ci-dessous, un oratoire dédié à Saint Hubert, patron des chasseurs, attire notre attention, et spontanément une mini-chorale est improvisée pour entonner la chanson de chasseur "La Saint Hubert":

«Ô Saint Hubert, patron des grandes chasses,» etc, etc...

 

 

Comme les menhirs et les stèles romaines, les oratoires étaient les manifestations visibles de l'idée de l'inspiration vers le ciel, dans les niches desquelles on déposait des divinités.

 

Petite pause en attendant les retardataires.

 

 

Deuxième photo de groupe sur le petit pont de bois enjambant la Valségure (affluent de la Nartuby d'Ampus) complètement à sec elle aussi.

 

 

 

 

Pour le final, Jean nous a réservé une bonne grimpette qui va en faire souffler plus d'un.

 

 

Sympas ces petites bêtes!!!

 

Particularité d'Ampus, le chemin de l'Eau, dont le canal de Fontigon qui alimentait les moulins et utilisé aujourd'hui pour l'arrosage.

 

 

 

Jean nous donne toutes les explications sur la gestion de l'eau faite par nos anciens qui étaient certainement plus respectueux de leur environnement que nous aujourd'hui.

 

« l’eau arrive de la source de FONTIGNON. Elle alimentait les moulins à farine, les lavoirs, les fontaines et même les habitants. De 1906 à 1960, elle faisait tourner une petite turbine qui produisait de l'électricité pour le village. Au début, il y avait une ampoule par maison, et la petite histoire dit que la sœur du maire n'avait jamais allumé la sienne tant elle en avait peur.

Un réservoir permettait de pallier les variations du débit et une conduite forcée alimentait la turbine qui s'avéra insuffisante et dû être complétée par un groupe thermique jusqu'à ce que Compagnie d'Electricité raccorde le village.

Depuis 15 ans la source avait cessé de couler à cause de la sécheresse. Mais l'année 2008, et ses nombreuses pluies, ont redonné son débit à la source ce qui permet de revoir l'eau couler dans le village. Et effectivement elle coule, d'abord au lavoir intermédiaire après avoir alimenté le moulin à farine dont une meule subsiste, puis au lavoir supérieur, très bien restauré où l'eau arrive par un canal cimenté. Par un jeu de "martelière", pièces d'acier permettant de diriger l'eau vers différents points d'utilisation, elle alimente le "Tournaou", meule collective qui servait à l'affûtage des différents outils des habitants (couteaux, serpes, faux et autres faucilles) et le réservoir par l'intermédiaire d'un aqueduc. »

 

 

 

 

L'église Saint Michel visitée ce matin.

 

 

Nous dévalons la rue Rompe-cul (nom lié à sa pente) pour retrouver le centre-ville d'Ampus.

 

 

Nous nous installons sur la terrasse du Café des Braconniers pour le pot de l'amitié agrémenté par les chouquettes offertes par Jean.

 

 

 

 

 

 

 

Remercions Jean pour la conduite de cette randonnée riche en informations.

Les photos sont de JeanBo et Gilbert.

 

La semaine prochaine

G1

G2

 

Partager cet article
Repost0

commentaires