Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2022 7 10 /04 /avril /2022 13:43

2022-04-07-765-3-Pas du confessionnal-G1/G2

 

Changement de programme pour cette journée de randonnée du 7 avril. Par suite de l'indisponibilité de dernière minute d'Alain, la randonnée G1 a dû être annulée. Elle sera reportée sur mai.

C'est donc la randonnée organisée par Denis pour les G2 qui regroupe aujourd'hui G1 et G2.  

 

Denis en fait la présentation aux 22 marcheurs présents : "c'est une jolie variante inédite d'une randonnée classique qui nous emmènera des bords de l'Endre par une belle montée (500 m) vers le pic Rébéquier et le pas du Confessionnal d'où nous pourrons profiter d'un large panorama sur Saint-Raphaël, l'Estérel, les Maures et les gorges de l'Endre. Puis une belle descente nous permettra de rejoindre le pas des Vaches et ensuite le trou de Gournié et de terminer ce parcours en suivant le cours de l'Endre". Au total 11,2 km pour 317 m de dénivelé.

 

 

 

 

Jean Masson accepte d'être notre serre-file.

Il fait frais quand nous quittons le parking du pont de l'Endre, ressenti accentué par un vent assez fort.

 

 

nous quittons rapidement la route pour une piste qui longe le cours de l'Endre,

 

 

 

puis un petit sentier en légère montée

 

 

 

comportant quelques obstacles.

 

 

Premier arrêt : Denis nous explique que les crues de l'Endre ayant fortement détérioré le cours de la rivière le parcours initial a dû être modifié. Nous ne descendrons pas dans le lit de l'Endre pour le retour et resterons sur sa rive gauche. Nous emprunterons donc à nouveau le chemin que nous venons d'accomplir depuis le parking qui constitue un tronc commun. 

 

 

Nous poursuivons en abordant un petit raidillon pour rejoindre la route des Pradineaux, 

 

 

que nous quittons bientôt pour nous éloigner de l'Endre par la piste de la Règue Nord. 
 

 

 

Le ciel est magnifique et la vue est belle en direction du Pic Rébéquier.

 

 

La piste est large et confortable.

 

 

 

Nous dominons la forêt domaniale de la Colle du Rouet.

 

 

Pause "effeuillage" avant d'aborder les premières montées, en pente douce mais avec le soleil et relativement à l'abri du vent.

 

 

La piste reste agréable et propice à la contemplation du paysage, un paysage qui nous parait familier car le massif de la Colle du Rouet est un massif de rhyolite amarante issu d'une avancée des volcans de l'Estérel.

 

 

A l'arrière notre serre-file est vigilant.

 

 

Tout autour de nous la végétation explose, et notamment la lavande papillon et le ciste cotonneux.

 

 

Nous prenons le temps d'admirer les fleurs et le panorama, nous sommes en G2...

 

 

C'est le moment de faire la pause banane,

 

 

avant d'aborder des montées plus sérieuses, qui seront aussi l'occasion de profiter de vues magnifiques sur le Rocher de Roquebrune et le Massif des Maures.

On distingue ici une partie du parcours du très beau golf de Saint Endréol, traversé par l'Endre. 

 

 

 

Les choses sérieuses ont commencé avec cette assez longue montée par un sentier pierreux entre pins et maquis,

 

 

comportant des épisodes rocheux au milieu des lavandes.

 

 

Après un peu plus d'une demi-heure d'efforts la récompense est là. 

D'abord un arrêt au sommet du pic Rébéquier qui nous a offert une vue à 360° mais que nous avons dû écourter en raison des fortes rafales de vent qui le balayaient. 

Puis un cheminement sur la crête à une altitude moyenne de 300 m pour atteindre, après le Pas de la Renaude et avant le Pas du Confessionnal, un sommet offrant un large panorama sur la mer, Fréjus et Saint-Raphaël.

 

 

Nous apercevrons les roches de la fille d'Isnard. L'occasion pour Denis d'évoquer la légende locale. Une recherche rapide sur le net ne nous a pas permis d'en trouver les détails, mais cette légende avait déjà été évoquée à l'occasion de randonnées précédentes, et notamment par Anne-Marie (blog 2020-03-12-937-les grottes de la Baume Renaude) :

"Isnard était un propriétaire terrien qui entendit parler d'une très jolie jeune fille vivant dans une grotte. Sa femme, Renaude, comprit vite ses absences et se contenta d'exiger qu'il se confesse après chaque rencontre amoureuse, ce qui explique les appellations "Pas du Confessionnal, Baume Renaude et Fille d'Isnard" imprimées sur les cartes et les panneaux".

 

 

Nous profitons de ce magnifique environnement pour réaliser la traditionnelle photo de groupe.

 

 

Déjà midi : il est temps d'aborder la longue descente vers le Trou de Gournié en empruntant tout d'abord un sentier pierreux un peu délicat. 

 

 

Nous rejoignons la piste, qui relie le Pas du confessionnal, sur cette photo, au Pas des Vaches, en surplombant le cours de l'Endre.

 

 

Un court répit dans la descente.

Un panneau d'information rappelle que "le Massif de la Colle du Rouet s'est formé à partir d'anciennes coulées de laves issues de l'Estérel. A la faveur de l'érosion, se sont creusées de petites cuvettes sur la surface de ces dalles rocheuses. Ces dépressions, qui se remplissent d'eau pendant les pluies, sont appelées mares cupulaires. L'évaporation, lente en hiver, permet l'éclosion d'une vie aquatique ou amphibie. Ces mares temporaires sont rares, et précieuses en pays méditerranéen".

 

 

La descente se poursuit,

 

 

révélant bientôt de magnifiques points de vue vers les Gorges de Pennafort et l'arrière pays.

Denis nous aidera à repérer le domaine du Château d'Esclans, une belle demeure du XVIIIème siècle, de style toscan. Sur ses caves, les plus anciennes de la région, s'élevait à l'origine un château médiéval dont on peut encore apercevoir les vestiges. C'est un domaine viticole qui produit des vins rosés haut de gamme.

 

 

Belles perspectives sur les gorges.

 

 

 

La longue descente touche à sa fin.

 

 

Un regard en arrière sur le cours de l'Endre.

 

 

Il est un peu plus de 13h quand nous atteignons le trou de Gournié.

 

 

 

Un cadre magnifique pour notre pause pique-nique,

 

 

 

suivie d'une longue séquence d'observation des poissons, dont trois belles carpes, et de contemplation du vol des canards.

 

 

 

Nous sommes prêts à repartir d'un bon pas sur une belle piste,

 

 

 

en empruntant quelques raccourcis  le long des berges,

 

 

largement mises à mal par les intempéries de ces dernières années...

 

 

Nous arriverons bientôt au terme de cette belle et sympathique randonnée. Elle s'achèvera, comme il est d'usage, autour du pot de l'amitié, dans le cadre agréable de l'Open Brasserie à la Bergerie. Un moment de convivialité dont un instant de distraction des deux blogueurs nous prive malheureusement de témoignages photographiques...

Merci à Denis pour très agréable journée, et à Jean Masson notre serre-file.

Les photos sont de Claudette, Marie-Jeanne et Jacques.

 

La semaine prochaine

G1

G2

 

Partager cet article
Repost0

commentaires