Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2021 5 12 /11 /novembre /2021 15:05

2021-11-11- 735 – LA LONDE DES MAURES-BREGANCON  -  G1

 

 

Nous sommes 20 randonneurs sur le grand parking de la plage de l’Argentière, bien vide en ce matin férié. La température est douce pour la saison et le soleil est avec nous. Quelques passages nuageux le voileront ultérieurement. 

Comme à l’accoutumée notre animateur, Alain, nous présente la randonnée du jour.

 

Entre l’ Argentière et Cabasson, se trouvent les plus belles plages de la Côte d'Azur, préservées presque totalement de construction en bord de mer. Nous allons parcourir le sentier littoral d'ouest vers l'est. Et comme il n’y a pas de possibilité de faire une boucle, nous ferons un aller-retour, soit 16 à 17 kilomètres. La dénivelée ne sera composée que de la succession des caps (10 à 30 m) que nous devrons franchir entre les différentes plages (0 m).

Le groupe se met en marche pour traverser la plage de l’Argentière au bord de l’eau.

Au large croise un chasseur de mines, au nord-est des Iles d’Hyères.

Zoom sur le navire
Zoom sur les Iles

En vue arrière le panorama s’ouvre sur le port de Miramar avec, en arrière-plan, la presqu’île de Giens et Hyères.

A la fin de la plage se dresse la Pointe de l'Argentière. La mer étant agitée, même les plus téméraires du groupe n’envisagent pas le passage au bord de l’eau. Nous franchissons donc ce premier petit cap par des escaliers aménagés, menant au chemin qui passe en corniche sous les pins au-dessus de l'eau, avant de redescendre vers la mer : Il faut faire attention à la houle pour ne pas se faire mouiller les pieds...

En vue arrière les marches de descente de la Pointe de l'Argentière

Nous arrivons à la grande plage du Pellegrin.

Et là, une première surprise qui va mouiller les pieds de certains : après les pluies de la veille le ruisseau du Pellegrin qui débouche sur la plage devient un obstacle à franchir.

Arrivés à l’extrémité Est de la Plage du Pellegrin, sur notre gauche, une série de marches montent et le sentier du littoral franchit la première Pointe du Pellegrin.

Nous continuons sur le chemin au bord de la falaise pour arriver à la Plage de la Pointe du Pellegrin.

C’est une petite plage, couverte de Posidonies. Alain nous précise que « La Posidonie (Posidonia oceanica) n’est pas une algue mais une plante à fleurs marine présente dans presque toute la Méditerranée, et uniquement en Méditerranée. Elle  est protégée depuis 1988. Grâce à ses racines elle fixe les sédiments des fonds marins et ses feuilles constituent une sorte d’écran qui freine l’énergie de la houle et des courants . Lors des tempêtes d’automne, les feuilles mortes des posidomies viennent s’échouer sur le rivage. Elles forment de véritables banquettes, édifices naturels qui amortissent les vagues et contribuent ainsi à la protection de la plage de l'érosion». Ces tas sont solides, mais souples, et y marcher est une expérience amusante, surtout quand ils cachent des trous d’eau dans lesquels la chaussure s’enfonce … deuxième surprise du jour ... !!!

Le sentier remonte à nouveau pour passer sur la deuxième, et principale, Pointe du Pellegrin. Nous dominons la première anse de Léoube et voyons devant nous l'îlot de Léoube. 

Nous  redescendons vers la plage principale de Léoube.

A l'extrémité Est de la plage, certains subissent un nouveau bain de pied lors de la traversée de l'exutoire d'un ru, en partie caché par le tapis de Posidonies.

Le Cap de Léoube est constitué de deux pointes. Nous longeons la première en corniche au-dessus de l'eau, avec passage d'obstacle inattendu.

Entre les arbres, nous voyons sur l'eau une curieuse plateforme flottante portant un feu de signalisation maritime.

Le passage de la deuxième pointe se fait plus à l'intérieur des terres. Nous commençons à voir, en arrière gauche des îlots de l'Estagnol, le rocher de Bregançon  et en arrière plan l'île de Port- Cros. 

Le chemin redescend vers la mer et la houle asperge  le chemin qui nous fait face.

Cette houle fait le bonheur de surfeurs, tant le matin que lors de notre retour l'après-midi.

Nous faisons la pause banane sur la plage de l'Estagnol

Nous  franchissons le cap de l'Estagnol. Puis nous faisons une photo de groupe.

Le chemin continue, toujours en bord de mer ou à peu de mètres au-dessus de l'eau. Nous passons des criques et des petites plages.

Nous atteignons la plage de l'anse de la Vignasse.

Nous ne passerons pas la Pointe éponyme, les rochers battus par les vagues présentant une dangerosité trop importante, et n'atteindrons donc ni la plage de Cabasson ni le fort de Brégançon. Nous revenons sur nos pas et nous installons, en ligne, sur la digue du petit port de l'anse de la Vignasse, pour la pause repas.

Après ce bon moment de réconfort, nous repartons, chemin inverse pour regagner nos voitures. 

Les londais déjà attablés à la terrasse du café des sports nous ont gentillement accueillis pour notre traditionnel pot de fin de randonnée.

 

 

Les randonneurs radieux remercient Alain pour cette pittoresque et agréable randonnée.

Nos remerciements vont aussi aux photographes, Claude, Nadine et Alain.

La semaine prochaine, jeudi 18 novembre :

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Magnifique ce blog! J'ai un peu l'impression d'avoir fait la rando avec vous du coup!
Répondre
A
Merci à Claude C pour ce très beau blog qui nous permet de revivre notre aventure sur ce magnifique sentier du littoral.
Répondre
A
Encore un grand merci à Alain pour cette rando originale, les pieds dans l'eau.???? ????????????
Répondre