Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 09:01

2022-03-24 Néoules-Plateau  St Clément -946-2- G2

Ce matin, 38 randonneurs au pied de la Mairie de Néoules vont effectuer deux randonnées inédites. Joël nous présente le parcours qui sera différent selon le groupe.

Nous sommes maintenant 17 pour ce parcours qui sera mené par Jack assisté de Thierry. Jean sera notre serre-file du jour.

La distance parcourue est de 14,27 kms pour un dénivelé de 382 m.

Le soleil est au rendez-vous, la température de 7°.

9h07, après avoir laissé la G1 prendre un peu d’avance sur nous c’est parti pour une randonnée dépaysante en crête entre le Pilon Saint Clément et le Pas de Cuers. 

Notre point de départ Néoules est un village qui se situe au cœur du Var au sein de la Provence Verte entouré de vignes. Il se situe à 30 minutes de la mer (Hyères, Toulon) et est à la même distance de Marseille, Aix, Draguignan soit 60 kms, ce qui faisait dire aux anciens que c’est un peu le cœur de la Provence.

Nous commençons par du bitume,

Avant de prendre une belle et large piste bordée de chênes, de cystes cotonneux…

La montée se fait sans peiner.

Après 1h30 de marche, il est temps de faire la pause banane.

Concertation de nos deux animateurs sur notre position.

Oui nous sommes bien là. 

Il nous faut grimper gentiment jusqu'à notre premier point de vue toujours sur de larges pistes.

Et nous voilà arrivés à 582 m sur un promontoire. 

Tout le monde photographie les paysages en évitant la ligne à haute tension au dessus de nos têtes.

De beaux points de vues s'offrent à nous.

Au printemps la nature s’éveille, thym, romarin en fleur, un festival pour nos sens.

Nous repartons toujours d'un bon pied.  

Le chemin qui monte est un peu rocailleux.

Mais nous y sommes arrivés

Au Pilon Saint Clément, point culminant de la journée à 700 m d’altitude.

Le panorama tout autour de nous est exceptionnel.

Le Mont Caumes point culminant des Monts Toulonnais avec une altitude de 801 m

 

La presqu'ile de Giens

Attention maintenant nous allons commencer la descente par un petit sentier, il faut rester prudent.

Les paysages sont toujours aussi magnifiques.

Vue sur le Mont Faron qui culmine à 584 m et surplombe la ville de Toulon

Les barres de Cuers forment une crête calcaire NE-SW qui s’étend sur 6 km entre le Pilon Saint Clément point culminant à 700 m d’altitude et la vallée du Gapeau.

Sa face Sud Est présente une ligne de falaises alors que la partie opposée est faite de collines boisées qui s’élèvent progressivement jusqu’aux Barres.

Petite leçon d'initiation d'orientation pour Michèle.

Mais nous ne saurons pas quel est le point haut qu'ils cherchaient à identifier en face d'eux… 

Nous longeons la ligne des crêtes .

Nous trouvons une petite plate forme pour faire notre pause pique-nique en écoutant quelques chansons sur le thème de "Lili"…

Xavier est presque comme à la maison !

Et oui il est temps de reprendre ses bâtons et de repartir.

Photo de groupe au "Pas de Cuers" mais pas au pas de course!

Nous quittons l'étroit chemin.

C'est l'heure de l'instruction.

Nous sommes tous attentifs aux commentaires donnés par Jack sur la centrale solaire de Verrerie, l'une des plus puissante de France mais que nous, nous n'apercevrons pas contrairement au G1.

La centrale solaire photovoltaïque de Néoules a été mise en service en 2012. D'une puissance de 24MW et composée de 75.000 panneaux capables de convertir 19,6% de l'énergie lumineuse soit l'équivalent de la consommation de 34.000 habitants.

Cela grâce à une technologie dite de "contact arrière" permettant de gagner en surface de collecte de rayonnement solaire et donc en puissance. 

Elle a été développée par la société Akuo Energy et installée par Phoenix Solar avec des modules Sunpower (filiale du groupe Total) de technologie Monocristalline.

Une activité agricole a été mise en place sur le site (installation pour l'apiculture et jachères mellifères et d'un élevage de moutons pour le pacage) permettant ainsi sa réversibilité à l'issu de l'exploitation.

Quelques chiffres clefs :

- Chiffre d'affaire fin 2021 : 285 M€

- En exploitation et en construction fin 2021 : 1,4 GW

- Investissements cumulés à fin 2021 : 2,8 MDS€

- > 5 GW de projets en développement à fin 2021

Et Voilà ce que nous n'avons pas vu !

Photo empruntée à la G1...

Mais reprenons notre parcours.

Tout le monde marche d'un bon rythme .

Ah, nous allions louper notre embranchement, il faut prendre à gauche là

Sur ce magnifique petit chemin boisé.

Et tous en file indienne nous continuons toujours d'un bon pas.

Nous ferons un petit détour pour aller voir le rocher de la pierre plantée.

Quelques informations sur " La Pierre Plantée de Néoules"

Nous avons terminé notre boucle au bout de 6 heures sous un ciel toujours aussi bleu.

Les deux groupes se retrouvent pour le traditionnel pot sur la place du château dans une brasserie artisanale.

Merci à nos animateurs pour cette superbe randonnée et à tous nos photographes du jour : Claude, Michèle, Véronique et Jacques.

 

La semaine prochaine

G1

G2

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 07:16

2022-03-24 - 946-1-Néoules-Pilon St.Clément-G1

 

 

Les G1 et les G2 se retrouvent sur le parking de la mairie à 9h dans le charmant village de Néoules en ce jeudi matin printanier.  Joël présente le parcours commun aux deux groupes qui se divisent ensuite pour écouter chacun leur animateur.  Les G1 feront une montée supplémentaire de 4 kms.

 

 

Nous allons donc faire une balade dans les forêts varoises qui alterne sentiers et larges pistes. A partir du Pilon-St-Clément nous commencerons un cheminement au bord des falaises avec une vue magnifique jusqu'à la mer.

Patrick se propose comme serre-file et notre colonne de 21 marcheurs se met en marche. 

 

 

D’emblée nous grimpons sur un sentier pierreux bordé d’un petit ruisseau.  Des charrues l’ont fait avant nous et ont laissé des traces sur les dalles qui nous mènent à une route goudronnée bordée de chênes et de cystes cotonneux encore en boutons.  

 

 

 

Nous bifurquons sur un petit chemin terreux avant de rejoindre une belle piste.

 

 

 

Joël nous fait remarquer les deux types de chênes qui nous entourent: les blancs qui gardent leurs vieilles feuilles tout l’hiver et qui s’appellent rouleus en provençal et ceux qui gardent un feuillage vert tout au long de l’année et se nomment yeuzes dans ce même dialecte.

 

 

Après une pause effeuillage et désaltération, nous reprenons nos bâtons avant de les reposer vingt minutes plus tard pour la pause-banane.

 

 

Nous repartons ragaillardis et montons de plus belle. 

Joël nous invite à faire un petit détour pour atteindre un promontoire à 582m d'altitude d’où nous admirons le panorama qui s’étend à perte de vue. 

 

 

 

Nous repartons et grimpons avec entrain

 

 

jusqu’au Mont Pilon qui se dresse à 705m d'altitude et où nous faisons une nouvelle halte pour admirer le paysage alentour et la vue exceptionnelle sur le Massif des Maures.

 

 

 

 

Nous redescendons en file indienne sur un chemin escarpé parmi une végétation dense. Quelques papillons jaunes ajoutent une touche de couleur et une note de printemps de temps à autre.

Nous commençons alors la descente le long de la crête et nous nous accorderons plusieurs arrêts pour mieux profiter du paysage féérique qui nous entoure.

 

 

 

C’est dans ce superbe cadre que nous sortons les pique-niques de nos sacs et nous installons confortablement pour les savourer.  Nous apercevons au loin les Monts Coudon et Faron et devinons la Rade de Toulon de l’autre côté.

 

 

En guise de dessert, Joël nous parle de Néoules où nous avons laissé nos véhicules et où nous prendrons le pot.  Il semblerait que ce village ait été habité depuis longtemps. Il s'est développé autour du château édifié en 1585 et de l'église St-Jean-Baptiste, construite en 1565.  Il nous explique ensuite la différence peu connue entre garrigue et maquis. 

 

 

La garrigue pousse sur des sols calcaires .  Sa végétation est basse et clairsemée. On y trouve entre autres le genévrier, le romarin, le chêne kermès, le ciste cotonneux , la salsepareille, le thym, l'aphyllante de Montpellier.  Son nom vient du gaulois garric, garrigo en provençal, qui désigne le chêne kermès, et qui par extension en est venu à caractériser le lieu où ces arbres poussent. 

Le maquis par contre pousse sur des sols acides. Sa végétation y est très dense et forme des fourrés épineux et inextricables, d'où l'expression "prendre le maquis" employée lorsque l'on se cache des autorités. Y poussent l'arbousier, la bruyère arborescente, la lavande stéchade, le ciste de Montpellier, le romarin, le myrte. 

 

Nous repartons d’un bon pas.

 

 

 

 

 

 

Nous voyons nettement l’aérodrome de Cuers au loin maintenant.

 

 

 

 

 

Après avoir quitté la crête et être arrivés à un croisement, Joël nous parle de l’impressionnante Centrale solaire de Verrerie que nous allons bientôt longer.

D’une puissance installée de 24MW, c’est l’une des plus grandes centrales solaires de France et la plus importante à l’échelle du Var.  C’est également la plus grande solaire installée par Akuo Energy dans le monde à ce jour, et le site le plus puissant installé par SunPower en France. Elle permet d’alimenter 34000 personnes en électricité propre et renouvelable.

La centrale est installée sur le plateau de la Verrerie à Néoules, dans une des régions les plus ensoleillées de France, sur un terrain communal éloigné de toute habitation, qui abrite un poste RTE raccordé au réseau de très haute tension de 225 000 Volts, supérieure à celle du réseau EDF fixée à 20 000 Volts.  La proximité de ce poste a constitué un atout déterminant dans le choix de la localisation et a fortement contribué au succès du projet, notamment grâce à l’implication des équipes du réseau RTE.

Le succès du projet tient également au rôle prépondérant joué par les différents acteurs du territoire, en particulier la commune de Néoules, la région PACA, le conseil général du Var et les différents services de l’Etat. Le développement du projet s’est déroulé dans le cadre d’une concertation active et fructueuse avec ces acteurs-clé, les autorités locales et les usagers, dans un souci constant de préservation de l’environnement.

Si la phase de développement s’est étalée sur une période de deux ans, avec l’implication de tous les acteurs locaux, le financement et la construction ont pris l’allure d’un marathon.

Tandis que la Deutsche Bank a accepté de financer la partie long terme de l’investissement, Grupo Santander s’est engagé à pourvoir à la partie du financement en fonds propres, pendant la période de construction, et ce en dépit des impératifs du moratoire photovolcaïque de 2011. En conséquence, la construction a été réalisée en moins de cinq mois, sous la supervision de Phoenix Solar avec qui Akuo Energy a conclu un contrat clé en mains.  Grâce au soutien indéfectible des équipes de Phoenix et des entreprises soustraitantes françaises et européennes qui ont réalisé les travaux d’électricité, de préparation du terrain, de pose des structures et des panneaux, la construction d’un des plus grands parcs solaires de France aura été rendue possible en un temps record.

 

 

Nous allons continuer plein nord pour regagner notre point de départ.  Nous avons fait le plus difficile et allons commencer une longue descente qui ne présente pas de difficultés.

 

 

 

 

 

Petit crochet pour voir le Menhir de la Pierre Plantée

 

 

 

puis retour à Néoules par le chemin emprunté au départ ce matin.

 

 

 

Il est 15h30 quand nous entendons les voix des G2 qui sont arrivés avant nous à la brasserie artisanale où nous allons remercier nos animateurs et partager le pot de l’amitié sur une jolie terrasse située derrière le château.

 

 

 

Château de Néoules

 


 

 

Nous avons parcouru 18 kms pour 530 m de dénivelé.

Merci à Joël pour cette magnifique randonnée inédite et à Patrick notre serre-file.  Les photos sont de Dominique.

Merci à André pour son clin d'œil vidéo : 

 

Le clin d'œil vidéo André

 

 

La semaine prochaine :

G1

G2

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2022 7 20 /03 /mars /2022 14:27

 

 

2022-03-17-891-Draguignan-Le Malmont-G2

 

Nous sommes 28 sur le grand parking du Domaine Viticole du Dragon, point de départ de la randonnée du jour organisée par Thierry.

Le temps est plutôt nuageux, la température est de 12°, le vent est modéré, il ne devrait pas pleuvoir.

C'est un parcours que Thierry a aménagé pour les G2 en réduisant de 15 à 13,4 km sa distance, en ramenant le dénivelé à 410 m et en déplaçant le lieu de parking.

Cette randonnée nous mènera à la découverte des trésors de la Dracénie : La Chapelle Saint-Michel, le Castrum, le sentier botanique de la Découverte, le panorama depuis les hauteurs du Malmont, le dolmen de la Pierre de la Fée et les canaux d'irrigation horticole. Nous terminerons par la visite du Chais et une dégustation.

 

Il est 9h30 lorsque nous quittons le parking pour amorcer une petite montée goudronnée en direction de La Chapelle Saint-Michel. Patrice est notre serre-file.

 

 

 

 

Une stèle nous indique le chemin qui conduit à la Chapelle Saint Michel, édifiée en 1274 sur les lieux où, selon la légende inspirée d'un poème provençal, le mythique dragon qui terrorisait la région avait sa tanière. 

 

 

Dans la légende, ce dragon aurait été tué par Saint Hermentaire, patron de la ville de Draguignan, à l'endroit où se trouve aujourd'hui la Chapelle Saint Hermentaire, classée monument historique.

 

 

De la Chapelle Saint Michel, détruite et reconstruite à plusieurs reprises avant d'être laissée à l'abandon, il ne reste plus aujourd'hui que des ruines.

  

 

Nous reprenons notre montée en empruntant une piste qui nous mène vers les vignes, 

 

 

puis des sentiers bucoliques en direction du Castrum.

 

 

 

Le Castrum Saint-Michel, une bâtisse construite au début du XIII° siècle qui surplombe la ville, est en ruine mais on en distingue encore les archères.

 

 

 

Le Castrum du Dragon de Saint-Michel était destiné à contrôler le finage (terme qui désignait l'étendue d'un territoire villageois), éventuellement des péages, et également à surveiller le cours de la Nartuby.

 

 

Nous revenons sur nos pas

 

 

et reprenons notre montée à travers les vignes

 

 

qui surplombent de magnifiques paysages.

 

 

La montée est parfois un peu rude.

 

 

Les travaux viticoles continuent pendant la rando...

 

 

Les lumières sont belles malgré l'absence du soleil.

 

 

Nous quittons bientôt les vignes pour poursuivre la montée en empruntant un chemin pierreux à travers la forêt domaniale du Malmont.

 

 

 

C'est l'heure de la traditionnelle pause banane. 

 

 

Après avoir repris des forces nous retrouvons un chemin pierreux en montée

 

 

pour rejoindre le "Sentier de la Découverte".

 

 

C'est un sentier botanique.

De loin en loin de petites stèles signalent tantôt des plantes comme le thym vulgaire, le nerprun alaterne, le genévrier oxycèdre, tantôt de plus grands arbres comme le pin d'Alep, le cèdre de l'Atlas, le chêne pubescent, etc...et renseignent sur leurs caractéristiques.

Certaines désignent des parasites comme le coléoptère scolyte qui attaque les parties supérieures du tronc et des branches de certains arbres, des vestiges de constructions humaines comme les charbonnières qui ont été utilisées jusqu'au milieu de XX° siècle dans la région pour la fabrication du charbon de bois, ou encore attirent l'attention sur la coloration rouge des troncs des arbres résultant de l'utilisation de retardant, séquelle encore visible de la lutte contre l'incendie de 1993. 

Ici une orchidée sauvage au bord du chemin,

 

 

Mêmes si certaines des plantes signalées ne sont plus visibles aujourd'hui c'est un sentier très agréable qui présente en outre l'avantage très apprécié d'être quasiment plat.

 

 

 

Nous arrivons au sommet du Malmont qui domine la ville de Draguignan.

 

 

La table d'orientation nous renseigne : la vue s'étend des sommets de l'Estérel sur la gauche jusqu'à la Sainte Baume à l'extrême droite. Certains disent que par beau temps il est possible d'apercevoir la mer à la hauteur de Fréjus.

 

 

 

Nous sommes tout proche du lieu choisi pour notre pause pique-nique

 

 

qui servira également de décor pour la photo de groupe.

 

 

Alentour, de nombreuses fleurs sauvages dont des orchidées,   des iris tantôt violets, tantôt jaunes comme ici.

 

 

Il est temps d'aborder la longue descente par un sentier pierreux un peu délicat, 

 

 

 

mais qui offre de nouvelles vues spectaculaires sur Draguignan,

 

 

 

avant de rejoindre une portion de route en descente, ce qui fait venir aux lèvres de tous les participants un large sourire de soulagement.

 

 

 

Quelques 40 mn plus tard nous atteignons le site de la Pierre de la Fée : "Le dolmen, appelé Pierre de la Fée en raison d'une légende qui s'y rapporte, est une sépulture collective préhistorique datée d'environ 2500 avant J.-C. Les parois en pierres sèches de la chambre funéraire ont disparu. Il ne subsiste que la dalle de couverture (poids environ 25 tonnes) et ses supports. Ce dolmen était en liaison avec un habitat."

Le site est classé au titre des monuments historiques par la liste de 1889. Selon la légende locale, les femmes en mal d'enfant allaient y visiter la fée Esterelle, qui les aidait à tomber enceintes.

 

 

Pour rejoindre le parking du Domaine du Dragon Thierry a prévu de nous faire longer le "Canal de la Reine Jeanne". 

 

 

Dès le Moyen Age la ville de Draguignan a été confrontée à des problèmes d'alimentation en eau et a dû trouver les moyens de réguler une partie des ressources tirées de la Nartuby, qui coule à 2 km au sud de la ville et dont le débit est très inconstant.

Depuis plus de 800 ans un canal long de 8 km, alimentait,  l'irrigation agricole et l'entraînement des machines et moulins hydrauliques.

 

 

La martelière de Rebouillon qui permettait la captation de l'eau de la Nartuby avait été détruite par l'importante crue de la rivière survenue 15 juin 2010. Cet ouvrage a été récemment restauré et le "canal de la Reine Jeanne" permet à nouveau aujourd'hui d'irriguer les potagers des "arrosants" ainsi que cinq exploitations agricoles.

 

 

Cette agréable promenade le long du canal nous ramène à proximité de l'entrée principale du Domaine Viticole du Dragon, l'occasion d'une nouvelle photo de groupe.

 

 

Des randonneurs, visiblement motivés, en route pour la dégustation prévue au Domaine dans les minutes qui suivent,

 

 

immédiatement après la visite des locaux du chais et la présentation des principaux vins, produits exclusivement à partir des vignes de la propriété, blancs, rosés et rouges.

Cette dégustation sympathique se substituera au traditionnel pot de fin de randonnée.

 

 

Un vif remerciement à Thierry pour l'organisation et l'animation de cette belle randonnée, ainsi qu'à Patrice notre serre-file.

Les photos sont de Claudette, Véronique et Jacques.

 

La semaine prochaine

G1

G2

 

Partager cet article
Repost0