Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 12:30

2022/05/19 - Plateau de Caussols-579-G2

Lever inhabituel très matinal pour les G2 aujourd’hui. Il est vrai qu’il y avait de la route à faire et que les 2 groupes avaient rendez-vous au même départ pour la rando-resto proposée aujourd’hui par Jean. 39 personnes cela fait du monde. Une fois les 2 groupes séparés Jean nous présente la rando, version écourtée de celle faite en 2009, au départ modifié car il aurait fallu faire toute la rando le matin, et non renouvelée jusqu’à ce jour le restaurant étant resté fermé depuis plusieurs années. La randonnée annoncée de 11 kms et 300 m. de dénivelé sera quelque peu réduite.

Nous sommes 19 et Jack sera notre serre-file. Le soleil bien présent commence à chauffer.

Il est 8h50 quand nous partons plein sud direction le col du Clapier. Nous sommes à l’altitude 1134m.

Nous voyons dès notre départ au sommet du plateau de Caussols le radôme où se cache un radar permettant de réguler l'approche des avions pour les aéroports de Nice et de Cannes Mandelieu. Il fait partie du nouveau dispositif de circulation aérienne mis en place depuis le 14 avril 2005.

A un 1er arrêt Jean nous énumère les sommets environnants.

Après le col du Clapier les G2 n’iront pas jusqu’au col du Haut Montet noté en rose sur la photo.

La végétation est magnifique, nous sommes entourés de fleurs multicolores, boutons d’or, petits genêts, valérianes, pâquerettes, hélianthèmes, euphorbes, vulnérables de montagne, muscari en grappe, vélars, iris, orchidées, thym, amélanchiers…  Heureusement qu’il y a « Plantnet » quand il y a du réseau. En voici quelques-unes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un arrêt photo quand certains découvrent en cours de chemin une ammonite.

Nouvel arrêt à l’ombre à proximité d’une doline. Jean en profite pour rappeler ce que c’est :

« L’herbe au creux de la doline est beaucoup plus riche, plus verte, plus abondante que l’herbe qui entoure la doline. Pourquoi ? Parce qu’au creux de la doline, il y a un sol d’argile, alors qu’ailleurs, on a des roches calcaires avec un sol très fin. Comme l’argile garde l’eau (elle est imperméable), c’est une terre plus humide, plus riche, et l’herbe qui y pousse est plus dense que sur le sol voisin. Le calcaire garde moins l’eau (il est perméable), donc l’herbe y est plus sèche, moins abondante. »

puis il nous fait un topo sur « Les lapiez ». Ce sont des fissures superficielles du relief qui résultent de l’érosion des roches calcaires par le ruissellement des eaux qui les dissout, les ronge. L’hiver, l’eau peut geler dans les fissures et faire éclater la roche (gélifraction). Extrait du blog de 2009.

Devant celle-ci nous faisons la photo de groupe.

C’est alors que nous passons devant les ruines d’une maison datée de 1859 que certains «responsables de chantiers » sont allés inspecter.

Arrivés au col du Clapier ou de la Femme Morte (allez savoir pourquoi) à 1257 m d’altitude nous bifurquons à l’est en direction du Haut Montet mais nous nous arrêterons quand nous aurons vue sur mer et les îles de Lérins.

Un oiseau tournoie dans le ciel entre nous et l'Estérel, gypaète barbu pour certains, buse pour d’autres, un point seulement pour la photographe.

Finie la montée. Nous faisons alors demi-tour, repassons par le col du Clapier et partons à l’ouest tout d’abord pour voir une borie auprès de laquelle nous faisons la pause banane.

« Les bories ne servaient pas d'habitations, même si quelques témoignages évoquent que des gens s'en sont servi de refuge lors de la grande Peste de 1720 ou durant d'autres époques troublées.
La borie avait presque exclusivement une vocation agricole. Les XVIIe et XVIIIe siècles sont des périodes de grands défrichements où de nombreuses terres étaient données à des paysans qui, à condition de la travailler avec assiduité, en devenaient propriétaires au bout de quelques années. Du coup, ces paysans et bergers faisant leur labeur souvent loin de chez eux avaient besoin d'un endroit où déposer leur matériel ou abriter leur bétail par gros temps. Ce sont eux les constructeurs des bories. »


Jean nous parlera ensuite de Caussols :
« A 23 km de la Méditerranée à vol d'oiseau (40 km par la route), le centre du village se trouve à 1130 mètres d'altitude. Au dernier recensement, la population était de 304 habitants en 2020. Il se situe sur un plateau karstique creusé de nombreux avens et grottes. Le plateau est surplombé au sud par la Colle des Maçons (1417 mètres) et le Haut-Montet (1335 mètres), lui-même surmonté par le radar de l'aviation civile visible depuis le bord de mer. Au nord se situe le plateau de Calern (1458 mètres au Signal de Calern) sur lequel se trouve l'Observatoire de Calern et à l'ouest le vallon de Nans où se situe le point bas de la commune (895 mètres). Le plateau de Caussols en lui-même est constitué d'une plaine de rochers au Sud (les Claps) et d'une plaine de prairies et de cultures au centre, traversée par un réseau de ruisseaux se déversant dans l'Embut de Caussols.

Le premier peuplement de Caussols daterait de la préhistoire. On compte une dizaine d'enceintes en pierre sèche que la tradition locale considère comme oppidums et fait remonter à l'âge du bronze. L'on trouve des traces d'occupation d'époque romaine dans certaines de ces enceintes, comme au camp des Laves, au collet de l'Adrech.

Les premiers écrits mentionnant Caussols remontent au XIIe siècle, époque où le village dépendait des Comtes de Provence. Le village est ensuite resté regroupé autour de l'église jusqu'en 1640, époque où il fut incendié. L'habitat s'est ensuite éparpillé sur le plateau en petites exploitations agricoles. Cet habitat dispersé prévaut encore aujourd'hui : les seuls regroupements d'habitations se situent dans un petit centre du village autour de l'église, l'école, la mairie et l'auberge et dans le hameau des Claps à l'Ouest du village.

L'agriculture et l'élevage, qui prévalaient largement jusqu'en 1950 ont fortement régressé depuis, et il ne reste que quelques élevages d'ovins et de caprins, qui limitent la recolonisation du plateau par les pins. (Extraits de Wikipédia)

Puis nous reprenons notre cheminement par un chemin presque plat.

Nous passons devant ce qui ressemble à une borie mais qui semble être un puits

et de nouveau devant une doline près d'une maison aménagée en aire de jeux.

Non loin de là à l'approche de Caussols nous prenons un chemin marqué par un cairn afin d'éviter de marcher sur la route.

Soudain ce sont des effluves qui vont nous conduire à l'auberge devant laquelle, nous attendons au soleil assis sur des pierres ou bancs l’arrivée des G1.

C’est alors que nous allons partager un succulent repas très convivial en commençant par un pétillant au citron confit accompagné d’olives et tapenade, puis nous dégusterons une assiette de crudités et une terrine maison, une blanquette de veau « sucré-salé et lait de coco » avec du riz et des légumes, et un carpaccio d’ananas le tout avec vin rosé, rouge et café, sans compter les chansons d' Anne-Marie.

C'est l'estomac bien lourd que nous quittons le restaurant sous une bonne chaleur. Heureusement qu’il ne reste guère que 2 petits kms sur route pour regagner le parking du départ. Le groupe s'étire malgré tout.

Tout du long nous sommes « ovationnés » par quantité de chiens, des ânes et même ce qui plus inhabituel par une oie à l’abri sous un parasol.

Merci Jean pour cette agréable balade cool mais dans un décor extraordinaire et pour l’organisation de ce succulent repas.

Les photos sont de Michèle, F. Nelli, Jean Bo et Rolande

La semaine prochaine

G1

G2

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 12:28

Plateau de Caussols-579-G1

Pas de blogueur sur cette rando. Sur un texte de Joël, des photos d'Alain et Thierry, Véronique a réalisé le montage de ce blog.

 

C’est à 7h du matin, et oui ! courageux les randonneurs de ce jour, que Jean Bo et Joël, les animateurs des 2 randonnées du jour, font le dernier point sur les participants à cette dernière randonnée restaurant de la saison.

Nous disons donc :

41 inscrits -1 désistement la veille - 2 absences inexpliquées (sur le moment) + 1 randonneuse non intéressée par le restaurant = 39 marcheurs.

Après un trajet sans encombre, les 2 groupes se retrouvent sur le parking du Chemin des Claps où Joël réunit ses 20 randonneurs

Et présente la randonnée G1 :

15,2 kms avec 360 m de dénivelé et une montée de 4 kms pour aller de 1137 m à 1335 m au sommet du Haut Montet, seule difficulté de la journée .

A l'arrivée nous aurons parcouru 15,4 kms avec un dénivelé de 380 m.

Au programme ce jour :

- Des paysages magnifiques dans un relief quartzique composé de dolines, de lapiaz et d’aven,

- Des vues à 180° :

Sur les montagnes environnantes : l’Audibergue, la montagne de Thiey, le Plateau de Calern, le village de Gourdon… 

Et sur la mer les Iles de Lérins, le Cap d’Antibes, l’aéroport de Mandelieu.

Le départ est donné, Joël en tête et Alain en serre-file.

La troupe s’élance, admirative de la beauté et du coté insolite des paysages qui nous entourent, des nombreuses fleurs qui tapissent le sol, thym, orchidées sauvages, dames d’onze heures, hélianthèmes, etc...

Au Col du Clapier à 1257 m, ou Col de la Femme Morte (Brrr !!!), nous découvrons une magnifique borie parfaitement conservée.

Joël nous expliquera la technique de construction en pierres sèches avec clef de voute, leur origine relativement récente (XVII - XVIII° siècle) et leur vocation essentiellement agricole pour abriter le matériel des paysans ou le bétail par mauvais temps.

Au sommet du Haut Montet, Joël nous commentera le paysage environnant.

Mais il faut encore monter un peu. 

Tête baissée on y va d'un bon pas.

Thierry lui féru d’aviation, ajoutera quelques petits détails sur le radar de l’Aviation Civile,

Qui est devant nous,

Et qu'il surnomme le «Bilboquet» allez savoir pourquoi

A environ 12 Kms de notre point de départ, il est  temps d’attaquer la partie la plus facile, descente et partie plane...pour aller au restaurant. 

Cette partie du trajet en bordure de falaise nous permet d’admirer le beau ballet 

Des courageux pratiquants de parapentes,

Rivalisant d’audace dans les airs avec quelques aigles au vol majestueux.

La dernière curiosité de la matinée sera la découverte de "l'Aven de Charogne" un gouffre impressionnant au nom bien évocateur!

Même avec 7 minutes d’avance sur l'horaire du rendez-vous au restaurant le groupe G2 est déjà là!

Nous découvrirons avec plaisir cette «nouvelle Auberge de Caussols» où le cadre et la qualité du repas sont au rendez-vous.

Et cela dans une ambiance conviviale et débridée.

Comme les bonnes choses ont toujours une fin, nous quittons le restaurant vers 15 h bien repu.

Il restera 3 kms à faire jusqu'au parking sous un superbe soleil bien chaud.

Encore une belle journée de randonnée et une réussite coté restaurant.

Merci à Jean Bo d’avoir organisé ce repas et à Joël d’avoir emmené le groupe sur ce beau parcours.

Merci aux photographes du jour Alain et Thierry. 

La semaine prochaine

G1

G2

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2022 4 12 /05 /mai /2022 12:45

2022-05-12- 697 - Colle du Rouet - G2

 

 

 

Patrick nous présente la randonnée en ce jeudi matin ensoleillé.

 

 

Nous sommes seize à l'écouter puis à le suivre sous l'oeil attentif de Jean Ma notre serre-file qui sera assisté par Patrice.

 

 

 

 

 

Une belle montée nous attend pour commencer, le long d’un chemin bordé de chênes-liège et de pins.

 

 

Les sourires ont disparu - on se concentre!

 

 

Détente sur cette portion de chemin

 

 

qui nous conduit vers ce magnifique panorama. 

 

 

Nous admirons le Rocher de Roquebrune au premier plan tandis que se devinent les communes du Muy et de Trans en Provence à l’arrière.

 

 

Pause-banane pour reprendre quelques forces après ces montées.

 

 

 

Nous repartons en admirant toujours le magnifique paysage alentour.

 

 

 

Nous évoluons maintenant sur de belles pistes le long desquelles s’épanouissent cystes cotonneux et genêts-scorpion – ainsi appelés pour leurs épines - ainsi qu'une multitude d’immortelles.

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons à la Fontaine du Chasseur

 

 

et constatons que la stèle érigée pour celui qui fut tué lors d’une battue au sanglier gît au sol en morceaux.

 

 

 

Nous voici au carrefour de cinq pistes et allons suivre celle de la fille d’Isnard dont vous connaissez sans doute la légende.

Nous progressons dorénavant sur un chemin délimité par des rangées de pins qui cachent le panorama auquel nous nous étions habitués mais nous le retrouverons plus tard.

 

 

 

Nous voici dans la zone des mares où la photo de groupe s’impose. 

 

 

 

 

 

Une montée bien raide nous attend sur une piste étroite ce qui nous oblige à marcher en file indienne.

 

 

 

Nous sommes hors-piste maintenant mais faisons confiance à Patrick et sa boussole. Nous passons le Pic Rébéquier et continuer d’avancer sur les dalles. 

Le massif de la Colle du Rouet et la Plaine du Palayson constituent des sites majeurs pour les mares temporaires méditerranéennes. Ce massif s'est formé à partir d'anciennes coulées de lave issues de l'Estérel. A la faveur de l'érosion se sont creusées de petites cuvettes sur la surface de ces dalles rocheuses. Ces dépressions qui se remplissent d'eau pendant les pluies sont appelées mares cupulaires.  L'évaporation, lente en hiver, permet l'éclosion d'une vie aquatique ou amphibie. Dans la Plaine de Palayson, les dépressions humides et les ruisseaux temporaires abritent beaucoup de plantes rares y compris de nombreuses espèces d'orchidées. Les mares temporaires sont des zones humides à double usage, tantôt inondées, tantôt asséchées.  Grâce à cette alternance, elles sont peuplées d'une très grande diversité de plantes et d'animaux qui se sont adaptés à ces conditions extrêmes. Même si la vie est au ralenti pendant la période sèche, c'est une étape indispensable pour le développement de nombreuses espèces. Les mares cupulaires sont exclusivement alimentées par les pluies, surtout en automne et au printemps. C'est la roche elle-même qui assure l'étanchéité de ces mares. En été, l'évaporation est rapide sous l'effet de la chaleur du soleil. Elles constituent un patrimoine exceptionnel à l'échelle européenne. 

 

 

 

Chemin qui va nous mener à la pause-déjeuner tant attendue!

 

 

C'est au Pic Rébéquier dans un cadre sauvage avec une belle vue sur le golfe de St Andréol et le Rocher de Roquebrune au loin que nous sortons nos pique-niques du sac.

 

 

 

 

 

Au fond à gauche se dresse la Colle du Rouët au pied de laquelle s’étale la Bouverie.

Les chocolats circulent et annoncent la fin des réjouissances.  Il faut repartir mais sans suivre de pistes car elles n’existent plus.  Heureusement que Patrick a sa boussole ! Et voici que nous reprenons avec une belle descente raide et chaotique sur environ 600 m!  

 

 

 

 

Finalement, on va prendre un petit raccourci.  Le Mont Redon nous fait face et nous voyons le côté nord du Rocher de Roquebrune. Au loin, les sommets de l’Estérel.

Nous atteignons le Vallon des Courbières. Le ruisseau est à sec d’un côté et consiste en une grosse mare de l’autre.

 

 

 

 

Nous arrivons sur le domaine du château du Rouët par l'arrière et le traversons. Nous le quittons en fait par l’entrée principale.

 

 

 

En face de nous, un grand vignoble à perte de vue. 

 

 

 

 

Nous rejoignons la piste empruntée ce matin et regagnons nos voitures. 

C’est à l’Open Brasserie de la Bouverie que nous prenons le pot de l’amitié et remercions Patrick pour cette très belle journée ainsi que nos serre-files.  Les photos sont de Dominique. 

 

 

 

 

 

La semaine prochaine

G1

G2

 

 

Partager cet article
Repost0